Banco Santander ouvrira deux plans d’adhésion volontaire, l’un couvrant le départ des salariés de plus de 55 ans et l’autre dans le cadre du redimensionnement des agences, selon une note interne.

«La phase actuelle de transformation de la banque a impliqué la présentation à plusieurs salariés de propositions de réforme et / ou d’accords de révocation du contrat de travail (« RMA »), dans lesquels la banque présente les meilleures conditions du secteur, et simultanément assure un réseau de suivi futur, y compris des conseils sur la relocalisation professionnelle, le soutien social et les soins de santé », a déclaré le Comité exécutif de l’institution dans un message envoyé aux travailleurs, auquel Lusa avait accès.

L’institution «tentera de faire en sorte que les salariés partent d’un commun accord, et donnera, dans la mesure du possible, la préférence aux acceptations volontaires aux processus unilatéraux et formels», font-ils référence, ajoutant qu ‘«elle prend également en compte ses partenaires sociaux, notamment en particulier les syndicats et les structures représentatives des travailleurs, afin de rechercher à tout moment les solutions qui offrent les meilleures garanties pour les salariés ».

Ainsi, Santander lancera, à partir du 8 mars, «un plan d’adhésion volontaire destiné à tous les employés de la banque qui, à la fin de l’année, ont 55 ans ou plus», indépendamment de «faire partie du réseau commercial ou central services, et consiste en la présentation d’une proposition de réforme et / ou RMA par la banque ».

Cette proposition «dépend de la situation concrète de chaque salarié, en termes d’âge, d’ancienneté, de banque d’origine et de situation devant la Sécurité sociale», et «tout salarié éligible peut également postuler à ce plan tout de suite», a déclaré Santander. que le plan dure trois mois.

Concernant le plan d’adhésion volontaire pour le redimensionnement du réseau d’agences, Santander a rappelé qu ‘«il a mis en œuvre le redimensionnement partiel de son réseau d’agences, à travers des fusions et une modification de l’agencement de plusieurs agences, ce qui a provoqué une inévitable redondance d’emplois, ce qui conduit la banque à initier des contacts avec les titulaires de ces emplois ».

Pour autant, «il existe encore des situations de salariés dans ces conditions avec lesquelles il n’a pas encore été possible de parvenir à un accord, la banque ayant décidé de leur présenter un plan de consensus définitif», lit-on dans la même note.

Dans la même note, Santander déclare que «dans les semaines à venir (du 8 au 26 mars), la banque autorisera exceptionnellement les salariés ayant reçu des propositions à quitter la banque depuis septembre 2020 et jusqu’à cette date pourra encore accepter la proposition qui a été faite. à eux, dans les mêmes conditions que la proposition initiale ».

L’institution permet également qu’en ce qui concerne les succursales fusionnées ou modifiées d’agencement depuis septembre 2020, les travailleurs restants, «âgés de moins de 55 ans et n’ayant fait l’objet d’aucune proposition de la banque, puissent expriment également leur intention de négocier des accords de résiliation, du 29 mars au 9 avril ».

La banque Santander Totta a clôturé 2020 avec 5980 employés, 208 de moins que l’année précédente, et un total de 443 succursales, 62 de moins qu’en 2019, a rapporté l’institution aujourd’hui.

Dans un communiqué concernant les résultats 2020, Santander Totta rapporte un total de 5980 employés au Portugal à la fin de l’année, contre 6188 en 2019, et un réseau de 443 succursales dans le pays, contre 505 qu’il comptait en l’année dernière.

Dans une lettre adressée aux salariés le 25 janvier, et à laquelle l’agence Lusa a eu accès, Santander justifie la fermeture d’environ six douzaines d’agences en 2020 et la fermeture prévue d’une trentaine de plus ce trimestre avec une adaptation au business modèle qui dit obligatoire pour survivre.

ALYN (MSF / PD) // MSF