Santander a fermé 60 succursales en 2020 et prévoit d’en fermer une trentaine de plus ce trimestre, dans le cadre d’une adaptation au modèle d’entreprise qui, selon lui, est obligatoire pour survivre, selon une lettre envoyée aujourd’hui aux employés à laquelle Lusa avait accès.

Le Comité Exécutif, qui signe la lettre, commence par justifier l’envoi de la note «face à l’actualité récente impliquant la banque», en allusion aux appels des syndicats à suspendre le processus en cours compte tenu de l’aggravation de la pandémie, et ce, en Le 19 janvier, l’avait déjà amenée à préciser qu’il n’y a pas «de procédure de rupture de gré à gré» en vigueur, mais plutôt des propositions de préretraite ou de révocation des contrats de travail.

«Banco Santander est reconnu depuis plusieurs années comme le Banco de Portugal le plus solide. Au cours des cinq dernières années, nous avons intégré Banif et Banco Popular, ce qui a conduit à un chevauchement d’agences et de services, tant dans le réseau commercial que dans les services centraux », rappellent-ils.

En plus de ces intégrations, la banque affirme avoir concentré «les efforts et les investissements pour accompagner l’ère de la digitalisation» que nous vivons, «avec une réduction progressive des agences, une redéfinition fonctionnelle des autres, et l’automatisation croissante des processus et des fonctions au niveau services centraux ».

Dans le même temps «il a adapté» le business model «aux nouvelles variantes de l’activité bancaire et aux différents besoins et niveaux de concurrence», soulignant qu’il s’agit d’un contexte de transformation «obligatoire pour toutes les banques qui veulent survivre dans le futur, notamment dans le contexte de forte compression des revenus »que l’on vit et« compte tenu de l’augmentation de la concurrence avec l’arrivée de nouveaux agents (Fintechs et BigTechs) et du changement radical de comportement des clients des banques ».

«Ces dernières années, la rentabilité des banques a été contrainte par plusieurs facteurs connus de tous, l’accent étant mis sur l’exigence de niveaux de fonds propres plus élevés (de 2008 à aujourd’hui, l’augmentation du capital réglementaire minimum de 8% à 12,5. % impliquait, dans le cas de Santander Totta, la nécessité de 750 millions d’euros supplémentaires de capital pour pouvoir simplement fonctionner), l’existence et la persistance de taux d’intérêt négatifs et des limitations générales des commissions », explique le Comité exécutif.

Sur le plan national, la direction rappelle des conditions «telles que le coût que la banque a avec la résolution des autres banques et les autres frais de secteur, qui s’élèvent aujourd’hui à plus de 74 millions d’euros / an».

Santander ajoute à ces explications «les besoins actuels des clients» avec des services numériques et des niveaux permanents de disponibilité des services bancaires.

«Au cours de l’année dernière, les ventes sur les canaux numériques par client actif ont considérablement augmenté; année après année, le nombre de clients visitant une agence (29% en deux ans), ainsi que les nouveaux clients capturés par ce canal (22% en deux ans), sont en baisse, à venir », ajoutent-ils.

Et c’est dans ce contexte que la banque, réaffirme, qu’elle fait « depuis plusieurs années », des propositions « d’accords de sortie (réforme ou révocation de contrat) à de nombreux salariés des services centraux et de la zone commerciale, directs et non directs ».

Un phénomène qui, souligne-t-il, est «commun à l’ensemble du secteur bancaire». Le groupe, à l’instar des «internationaux, mène la transformation du business model dans les pays européens où il opère», à savoir «avec redimensionnement» dans ses agences en Espagne, en Pologne, au Portugal et au Royaume-Uni.

«Comme auparavant, au cours de l’année 2020, le contact avec les salariés a été maintenu, désormais avec la nécessaire prédominance des propositions d’accords de révocation, présentant à la banque à chaque salarié les meilleures conditions du secteur et uniques dans notre économie, tout en assurant également un réseau pour le suivi futur de chaque salarié sortant de la banque, qui comprendra, entre autres, des conseils en matière de placement, d’accompagnement social, de garanties de santé, en plus de maintenir bon nombre des conditions dont bénéficient les salariés de la Banque », garantit-il.

Le Comité Exécutif admet que cet ajustement se poursuivra courant 2021, « en lien avec la fermeture des agences et le redimensionnement des services centraux », notant que la banque « a fermé plus de 60 agences en 2020, et a estimé à fermer une trentaine d’agences au cours de cette période. trimestre, et il est prévu de mettre en œuvre plusieurs automatisations et de traiter les changements dans les services centraux au cours de cette année, de manière croissante ».

Et c’est dans ce contexte qu’il dit qu’il cherchera à ce que les sorties des salariés «se fassent d’un commun accord», «dans la mesure du possible, ils privilégieront les acceptations volontaires à des processus unilatéraux et formels», en tenant «toujours compte du contexte individuel de chaque collaborateur et du contexte collectif des temps actuels ».

MSF (ALYN) // SB