Dans un communiqué, le transporteur a indiqué que « moins de 2% des 3.000 vols prévus vendredi (24 juin) ont été affectés par les grèves » avec des effets « limités à des perturbations mineures en Belgique, où environ 60% des liaisons programmées depuis et vers pour Charleroi et Zaventem aura lieu aujourd’hui ».

De plus, a-t-il indiqué, « il n’y a pas eu de perturbations en Italie, en Espagne, au Portugal, au Royaume-Uni, en France ou en Irlande, la majorité des équipages de Ryanair travaillant normalement ».

Dans la même note, le transporteur a également déclaré que pour le week-end, il ne s’attend qu’à des « perturbations minimes » ou à aucune perturbation des vols qu’il a prévus à la suite de ces arrêts « insignifiants » et avec « peu de soutien », a-t-il souligné.

Pourtant, le transporteur a mis en garde contre des perturbations au cours du week-end, notamment en France, en Italie et en Espagne, mais en raison d’une grève de deux jours des contrôleurs aériens français à Marseille, qui devrait « retarder considérablement » ou avoir d’autres types d’impacts sur le l’espace aérien de ce pays.

La compagnie a indiqué que les passagers concernés par la grève des contrôleurs aériens seront prévenus par ’email’ ou message.

« Ryanair s’attend à ce que plus de 98% de ses 3 000 vols quotidiens fonctionnent normalement le samedi et le dimanche », a-t-il conclu.

Le Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile (SNPVAC) a émis un préavis de grève au travail chez Ryanair les 24, 25 et 26 juin, selon une note interne envoyée aux membres le 14 juin.

Selon le message, la direction du SNPVAC a décidé de « présenter un préavis de grève qui se tiendra les 24, 25 et 26 juin, étant décrété pour tous les vols Ryanair, dont les heures de présentation se situent entre 00h00 et 00h00 ». :59 ce jour-là (heure locale à la base de l’équipage), ainsi que pour d’autres services (assistance ou toute tâche au sol, c’est-à-dire toute tâche commandée par la compagnie, à savoir instruction ou autre service dans lequel le membre d’équipage effectue activité, déplacements de situations, ravitaillements ou toutes autres actions de formation sur le terrain, déplacements dans les installations de l’entreprise) ».

« Ryanair, après n’avoir pas pu parvenir à un accord avec SNPVAC exclusivement parce que nous avons exigé que l’accord d’entreprise (AE) négocié soit conforme aux règles établies dans la législation portugaise, a réussi à négocier et à approuver un AE qui comprend des clauses illégales avec un autre syndicat » , a indiqué le SNPVAC, garantissant que la structure en question, le STTAMP – Syndicat des travailleurs des transports du Portugal, « ne comptait à l’époque ni membres de Ryanair, ni d’aucune autre compagnie aérienne ».

« Nous réitérons que Ryanair a choisi un syndicat qui n’avait pas de personnel de cabine affilié pour signer un accord et a forcé ses travailleurs à y adhérer, sous peine d’aggraver encore leurs conditions », a garanti le SNPVAC, évoquant que « les droits fondamentaux du travail ne peuvent être oublié, encore moins dans la volonté d’augmenter la contribution ».

Le SNPVAC a rejoint plusieurs syndicats européens, qui ont également avancé avec des grèves.

ALYN // CSJ