« Je suis venu ici au congrès sur la cohésion territoriale et je suis venu parler de cohésion territoriale, point final, c’est ce que je suis venu faire », a-t-il déclaré.

Rui Rio, qui s’exprimait devant des journalistes après son intervention à Portalegre lors du 3e Congrès de la cohésion territoriale et qui impliquait une période de questions-réponses sans la présence de journalistes dans la salle, a expliqué avoir répondu à deux questions sur sa candidature en attente. une personne « bien élevée ».

« Je suis une personne bien éduquée, si on vous le demandait, je répondrais, mais j’aimerais qu’on me questionne sur la cohésion territoriale, ce qui était mon objectif car, sinon, je ne viendrais pas ici en qualité de président de parti, Je suis venu en qualité de candidat et je ne suis pas venu en tant que candidat et, donc, j’ai répondu uniquement parce que j’étais poli », a-t-il expliqué.

Initialement, le programme envoyé par JSD aux journalistes au sujet de l’initiative indiquait que Rui Rio participerait à la session en tant que candidat à la direction du parti, mais, aux journalistes, Rui Rio a expliqué que cette question avait été « clarifiée » et modifiée ces derniers jours.

Interrogé sur la question de savoir s’il jugeait « pertinent » de parler aux jeunes de sa candidature à la direction du parti, Rui Rio a rappelé la date des élections législatives et les questions liées aux asymétries régionales.

« Tout ce que j’ai l’intention de faire aux élections du 30 janvier est pertinent si je les gagne et j’étais là pour expliquer, dans un domaine plus concret ce sont les asymétries régionales, mais plus tard il y a eu aussi une ou deux autres questions », a-t-il déclaré.

Cependant, il a reconnu que le parti avait fait campagne « fortement » pour que les militants votent le 27 novembre.

Interrogé par des journalistes s’il « ne se sent pas seul » dans la campagne pour les élections législatives du 30 janvier, alors qu’António Costa « ne s’est pas présenté », dans cette course électorale, Rui Rio a déclaré qu’il « préparait » les propositions du parti pour le acte électoral.

« Le docteur António Costa fait ce qu’il pense devoir faire, je fais ce que je pense devoir faire, ce que je pense devoir faire c’est préparer les propositions du PSD pour les élections du 30 janvier », s’est-il défendu.

Le président du PSD et candidat au poste a défendu aujourd’hui lors d’une conférence de presse, après la réunion du Conseil national stratégique du parti à Coimbra, que le premier objectif d’un gouvernement social-démocrate devra être « d’obtenir de meilleurs salaires ” pour tous les Portugais, ayant à Portalegre clarifié plus de détails à ce sujet.

« Je n’ai pas dit que j’allais augmenter les salaires parce que, comme vous le savez, ce n’est pas le gouvernement qui fait un décret de loi et fixe les salaires des gens, ce que j’ai dit c’est que l’objectif principal du prochain gouvernement, si c’est le mien, est-ce celui-ci, si c’est un autre, le PS dira ce qu’il a à dire », a-t-il dit.

« Maintenant, l’objectif central d’un gouvernement que je dirigerai doit être des emplois plus nombreux et de meilleure qualité », a-t-il ajouté.

Rui Rio a également défendu une économie « plus robuste », après avoir lancé quelques critiques à l’encontre du PS, prévenant que les salaires sont « stagnants » au Portugal, à l’exception en la matière pour le salaire minimum.

« Ce qui compte vraiment, c’est d’avoir une économie plus robuste, qui, en payant de meilleurs salaires, conduit à un salaire minimum plus élevé, mais une classe moyenne forte. Ce qui s’est passé au Portugal, à savoir dans ces années de gouvernance du PS, dans la « troïka » aussi, mais c’était une situation absolument exceptionnelle, maintenant le PS a eu l’opportunité de faire quelque chose de différent, il ne l’a pas fait et nous avons des salaires qui stagnent dans Portugal », a-t-il déclaré.

HYT // MLS

Le contenu Rui Rio n’a répondu qu’à deux questions sur la candidature « pour être éduqué » apparaît en premier dans Visão.