« Comme nous sommes dans une période particulière d’investissement, nous allons avoir besoin de beaucoup de main-d’œuvre, de beaucoup de travailleurs, et je pense que cela ne peut se faire qu’avec une politique très active d’attraction des émigrés et de bien les traiter », Ana Abrunhosa a déclaré aux journalistes, à la fin de la session évocatrice de la 50e entreprise incubée dans l’Habitat d’innovation des entreprises dans les secteurs stratégiques (HIESE) de Penela, dans le district de Coimbra.

Les données publiées aujourd’hui par l’Institut national de la statistique (INE) indiquent qu’au cours de la dernière décennie, entre 2011 et 2021, le Portugal a enregistré une diminution de la population de 2% et accentué le schéma de littoralisation et de concentration de la population près de la capitale.

Pour le ministre de la Cohésion territoriale, les résultats préliminaires du recensement 2021 ne sont pas « une surprise » et reflètent un problème qui « n’est pas d’aujourd’hui, mais de décennies, et n’est pas exclusif au Portugal ».

« Nous avons perdu de la population, ce qui est inquiétant, non seulement à l’intérieur mais dans tout le pays, et nous n’avons gagné de population que dans deux régions. Afin de relancer l’économie du pays, et avec l’investissement que nous prévoyons de faire, une grande partie de cet investissement doit être réalisée par des personnes que nous n’avons pas », a-t-il souligné.

Selon Ana Abrunhosa, « cette perte de population ne peut et ne doit pas signifier que les territoires de l’intérieur sont désertés ».

« La perte de population ne peut pas signifier la désertification et le fait que nous ayons aujourd’hui la science et la technologie signifie aussi que nous pouvons, avec moins de personnes, continuer à occuper ces territoires », a-t-il souligné.

Cependant, le responsable gouvernemental a souligné que le pays doit être réaliste et que « même avec des politiques actives pour la natalité et pour attirer les émigrants, il est très difficile de récupérer la population d’il y a 100 ans dans les territoires de l’intérieur ».

« La perte de population à l’intérieur n’est pas d’aujourd’hui, elle n’est pas d’hier ni d’avant, c’est il y a plusieurs décennies. Mais une chose est sûre, dans les territoires de l’intérieur nous allons pouvoir arrêter la perte de population et ne pas laisser ces territoires se désertifier », a-t-il souligné.

Le problème de la désertification « appartient à l’Europe » et, au Portugal, « nécessite des solutions collectives, non seulement de la part du gouvernement, des autorités locales, mais aussi de la société civile », a ajouté Ana Abrunhosa.

Le Portugal compte actuellement 10 347 892 habitants, 214 286 de moins qu’en 2011, selon les résultats préliminaires du recensement de 2021.

En termes de recensement, la seule décennie au cours de laquelle il y a eu une diminution de la population était entre 1960 et 1970, a indiqué l’INE.

Les données préliminaires montrent qu’au Portugal il y a 4 917 794 hommes (48 %) et 5 430 098 femmes (52 %).

La phase de collecte du recensement 2021 a eu lieu entre le 5 avril et le 31 mai et les données se réfèrent à la date du recensement, le 19 avril.

AMV // JEF

Lusa/Fin

Le contenu Recensement 2021 : le ministre de la Cohésion dit que le Portugal aura besoin d’émigrants apparaît en premier à Visão.