psd-demande-des-donnees-sur-les-inspections-des-maisons-et

Dans une requête adressée au ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, les sociaux-démocrates répudient « les conditions inhumaines », rapportées par divers médias, dans lesquelles une femme âgée a été institutionnalisée à Santa Casa da Misericórdia de Boliqueime, Loulé (district de Faro ), qui est cependant décédé.

« Il est absolument essentiel que les entités publiques, dans les différents aspects de leur action, soient attentives et prêtes à intervenir pour éviter ces situations moins dignes ou inhumaines pour nos concitoyens, notamment pour les plus fragiles et vulnérables, à savoir les personnes âgées. Mais, plus qu’une action réactive, une action préventive s’impose », défend le PSD.

Bien qu’une enquête ouverte par le ministère public soit déjà en cours, le groupe parlementaire PSD veut enquêter « non seulement sur les circonstances dans lesquelles les mauvais traitements allégués de la femme âgée ont eu lieu, et pour déterminer les responsabilités éventuelles, mais aussi pour déterminer le fonctionnement régulier de cette structure d’hébergement pour personnes âgées (ERPI), une situation qui doit être vérifiée par l’Institut de sécurité sociale ».

Dans les questions adressées au Gouvernement, les députés PSD souhaitent savoir comment cet Institut contrôle le fonctionnement des ERPI des secteurs social, solidaire et privé, « notamment concernant le nombre de visites, la régularité/périodicité et quelles sont les règles de contrôle ». ”.

« Quel est le nombre d’actions de contrôle réalisées par la Sécurité Sociale auprès de l’ERPI, dans les années 2020 à 2022 ? Et combien de voitures ont été soulevées? Et combien d’arrêtés de fermeture ont été émis faute de conditions d’exploitation ? Et combien ont abouti à la fermeture de l’ERPI ? », s’interrogent les sociaux-démocrates, dans la requête adressée à la ministre Ana Mendes Godinho.

Plus précisément sur le cas maintenant signalé, le PSD souhaite également savoir combien de visites de suivi et d’actions d’inspection ont été menées à l’ERPI de Santa Casa da Misericórdia de Boliqueime au cours des trois dernières années, ainsi que leurs conclusions sur les conséquences, demandant au gouvernement de mettre à disposition les rapports résultant de ces actions.

« A quelle date la Sécurité sociale a-t-elle eu connaissance du cas en question ? Quelles mesures ont été prises par l’Institut de sécurité sociale, et quand, pour déterminer d’éventuelles responsabilités dans ce qui s’est passé et maintenant dénoncé par les médias et, surtout, pour éviter que de nouvelles situations ne se produisent ? », s’interrogent-ils.

Jeudi, la ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, Ana Mendes Godinho, a défendu que cette affaire devait être « instruite jusqu’aux dernières circonstances » et a appelé au signalement de situations similaires.

Le responsable a déclaré que la Sécurité sociale avait reçu une plainte « au début de ce mois et, peu de temps après la plainte, a déclenché les enquêtes qu’elle mène », et qu’il y a aussi une « participation de la part du ministère public ».

Le parquet « enquête sur les faits en cause, ayant décidé de procéder à une autopsie médico-légale dans le cadre d’une enquête qui a été ouverte en temps utile », a confirmé le parquet général, après avoir été interrogé par Lusa.

Plusieurs médias ont diffusé une vidéo, qui a circulé sur les réseaux sociaux, montrant une femme de 86 ans allongée sur un lit avec des dizaines de fourmis sur diverses parties de son corps.

La femme âgée est décédée un mois après cet épisode, survenu en juillet dernier.

De son côté, la Santa Casa da Misericórdia de Boliqueime a annoncé, via le réseau social Facebook, qu’elle avait ouvert une enquête pour déterminer les responsabilités dans l’affaire alléguée, qu’elle a qualifiée de « négligence grave ».

L’institution privée de solidarité sociale a précisé que « l’enquête à caractère disciplinaire » avait été décidée après avoir pris connaissance de la vidéo partagée sur les réseaux sociaux dénonçant l’affaire.

SMA (ALU/JPC) // JPS