"Dans tous les cas, le groupe parlementaire PS note que nous avons toujours la position d'essayer de comprendre les points de vue et les arguments de tous ceux qui sont impliqués dans le processus législatif et cette fois nous ne ferons pas autrement", a déclaré l'agence adjointe. président de la magistrature parlementaire du PS Porfírio Silva, ajoutant que le parti «prendra en compte les arguments présentés» par Marcelo Rebelo de Sousa.

Le président de la République a rendu aujourd'hui à l'Assemblée de la République le nouveau droit de la mer pour que le parlement clarifie des points précis du diplôme, soulignant que la souveraineté de l'Etat et les règles constitutionnelles sont protégées.

Dans une note sur le site Internet de la Présidence de la République, il lit que Marcelo Rebelo de Sousa «a renvoyé, sans promulgation, le décret portant premier amendement à la loi n ° 17/2014, du 10 avril, qui établit les bases de Politique nationale de planification et de gestion de l'espace maritime ».

Le chef de l'Etat a estimé qu'il n'y avait pas de «raisons suffisantes» pour envoyer le diplôme d'inspection préventive à la Cour constitutionnelle car «la primauté de l'intégrité et de la souveraineté de l'Etat» est réservée, avec seulement deux ajouts à la législation en question.

Concernant ce diplôme, le député du PS a observé que le président de la République «n'a constaté aucune inconstitutionnalité» et qu'il a fait «des suggestions parfaitement pertinentes».

Marcelo Rebelo de Sousa a également opposé son veto aujourd'hui à la réduction du nombre de débats en plénière pour suivre le processus de construction européenne de six à deux par an, arguant que ce n'était pas une «solution heureuse».

Dans le message accompagnant le retour du diplôme à l'Assemblée de la République, Marcelo Rebelo de Sousa demande au parlement de «se demander s'il est, au moins, politiquement plus approprié de prévoir un autre débat en plénière, au milieu de chaque semestre, c'est-à-dire le à travers chaque présidence du Conseil de l'Union européenne ».

Approuvé le 23 juillet avec les votes favorables du PS et du PSD, contre les sièges restants et l'abstention de la députée non inscrite Cristina Rodrigues.

Concernant ce veto présidentiel, Porfírio Silva a réaffirmé que le PS «tiendra compte de la position» du chef de l'Etat, afin de conclure «le processus législatif de la meilleure façon possible».

AFE (SF) // SR

Le contenu PS «prendra en compte» les arguments de relations publiques sur les diplômes faisant l'objet d'un veto apparaît en premier dans Vision.