Selon une enquête menée par l’association nationale AHRESP, près de 40% des restaurants – et 18% des entreprises d’hébergement touristique – sont prêts à déposer le bilan.

Selon un communiqué publié hier (jeudi): «dans le secteur de l'alimentation et des boissons, 38% des entreprises envisagent de s'orienter vers l'insolvabilité en juillet, étant donné que la grande majorité d'entre elles disent qu'elles ne peuvent pas faire face aux dépenses régulières telles que le personnel payant, les fournisseurs, les coûts énergétiques et autres".

Les entreprises qui ont participé au rapport de l'AHRESP ont déclaré que les recettes de juin avaient été "considérablement" réduites par rapport aux années précédentes.

Plus de 24% ont déclaré des pertes de plus de 40%, 22% ont déclaré avoir augmenté de plus de 60% et 12% ont admis que l'activité avait baissé de plus de 90%.

Dit AHRESP, le régime de licenciement simplifié a aidé massivement. Mais les entreprises s'en retirent progressivement.

Sans mise à pied en juillet, «plus de 54% des entreprises déclarent qu’elles ne pourront pas payer leurs salaires à la fin du mois».

Quant à juin, «l’enquête révèle que plus de 17% des entreprises n’ont pas encore réussi à payer (salaires) et 15% ne les ont que partiellement payés».

La déclaration se poursuit dans la même veine: "Plus de 22% des entreprises ne peuvent pas maintenir leurs effectifs jusqu'à la fin de l'année et 70% ne savent toujours pas si elles parviendront à conserver l'effectif complet".

La situation est très similaire en ce qui concerne les entreprises axées sur l’hébergement touristique. «Jusqu'à fin juin, 24% étaient restés fermés; 47% n'avaient aucun invité et 41% ont indiqué des taux d'occupation allant jusqu'à (seulement) 25% ».

Ces résultats représentent une baisse de plus de 90% du niveau d’activité «normal» pour cette période de l’année.

Maintenant, alors que le pays entre dans la «haute» saison du tourisme – de juillet à septembre – la crise dans le secteur devient encore plus apparente.

Selon l’étude, 46% des entreprises d’hébergement «ne s’attendent pas à des niveaux d’occupation supérieurs à 25%», tandis que 17% seulement prévoient un scénario compris entre 25 et 50%.

En conséquence, 18% des entreprises interrogées «envisagent de progresser vers l'insolvabilité si elles ne peuvent pas supporter leurs dépenses» – et 45% sont indécises. Encore une fois, la plupart des entreprises interrogées ont adhéré au régime de licenciement simplifié mais s'en retirent lentement et se rendent compte que sans lui, elles ne seront pas viables.

«Face à cette réalité, plus de 12% des entreprises admettent qu’elles ne pourront pas conserver le personnel qu’elles ont» et 62% ne sont toujours pas sûrs – mais le scénario n’est pas du tout positif.

La situation pourrait changer radicalement à partir de la mi-juillet (le moment où la saison démarre normalement correctement). Il s'agit d'attendre et de voir, et d'espérer que la confiance et les clients reviennent pour sauver la situation.

natasha.donn@algarveresident.com