«Il faut créer un fonds financier permanent, vers lequel tous les dons d’aide humanitaire devraient être centralisés», lit-on dans le rapport de l’éventuelle commission d’enquête parlementaire sur le rôle de l’État dans l’octroi de l’aide suite aux incendies de 2017 dans la zone de Pinhal Intérieur.

Le projet de rapport, qui avait le député Jorge Paulo Oliveira (PSD) comme rapporteur, a été présenté aujourd’hui dans la commission respective, avec un ensemble de 83 conclusions et 36 recommandations sur l’agriculture, les activités économiques, la forêt et le logement.

La commission recommande que le fonds soit créé dans le cadre d’un nouveau cadre législatif mondial «qui réglemente l’aide humanitaire et solidaire», qui comprend des principes éthiques, des règles sur la définition des critères d’aide, des procédures de coordination et de contrôle et des règles de transparence, de responsabilité et de contrôler.

Selon les recommandations du rapport dans le domaine du logement, le fonds devrait être renforcé par un financement public.

Au cas où il resterait de l’argent du Fonds Revita après l’achèvement de la construction des maisons touchées par l’incendie de Pedrógão Grande en juin 2017, ce montant à investir devrait être déposé dans ce fonds permanent à créer, «en attendant une utiliser l’opportunité ».

Une fois le processus de reconstruction de la première maison achevé, la commission considère qu’une enquête devrait être effectuée sur le nombre exact de résidences secondaires touchées.

« L’Etat doit supporter le coût de la reconstruction totale ou partielle des résidences secondaires touchées par les incendies de juin 2017 » et le nouveau fonds permanent à créer pourrait être « utilisé à titre exceptionnel » pour cette réhabilitation, ajoute la commission.

Dans les conclusions, le rapport souligne que le processus de soutien aux résidences secondaires (dans lesquelles les municipalités pouvaient emprunter pour aider une partie des travaux) «a rendu le processus de reconstruction injuste, traitant les personnes qui étaient, de la même manière, inégales. Touchées par les incendies». .

Selon la commission, les résidences secondaires jouent «un rôle fondamental en tant que moteur du développement socio-économique de la région», considérant que l’aide «n’a pas été clairement communiquée aux citoyens, ce qui a alimenté la confusion et les attentes concernant les résidences secondaires».

Concernant les soupçons de fraude dans la reconstruction des logements, la commission souligne que la non-implication de la société civile dans le processus « peut avoir conduit à des échecs dans l’identification des besoins réels ».

De plus, après les premières enquêtes, menées par des équipes pluridisciplinaires qui «favorisaient l’indépendance dans l’analyse», les diagnostics ont commencé à dépendre «presque exclusivement de l’avis des communes», étant «lésés dans leur indépendance».

« L’exécution de tout plan d’action dans le cadre de la gestion de crise a d’immenses avantages de l’évaluation et du suivi permanent des techniciens ou des entités indépendantes », selon la commission, notant que, dans le cas de Pedrógão Grande, le processus « a été principalement géré au niveau du gouvernement local ».

L’incendie qui s’est déclaré le 17 juin 2017 à Escalos Fundeiros, dans la commune de Pedrógão Grande, et qui s’est ensuite propagé aux communes voisines, dans les districts de Leiria, Coimbra et Castelo Branco, a fait 66 morts et 253 blessés, dont sept. sérieusement, et détruit environ 500 maisons, dont 261 étaient des maisons permanentes, et 50 entreprises.

JGA (SSM) // MLS

Le contenu Pedrógão Grande: la Commission défend la création d’un fonds permanent pour l’aide humanitaire apparaît d’abord à Visão.