Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 liés à la fête illégale tenue à Odiáxere, Lagos le 7 juin (cliquez ici) est passé à 16, avec deux personnes admises à l'hôpital. Deux enfants sont également infectés.

«Lorsque des patients de Covid-19 sont admis à l'hôpital, cela signifie que leur état est grave. Ils sont âgés de 39 et 27 ans », a confirmé la déléguée régionale de la santé Ana Cristina Guerreiro lors d'une conférence de presse mardi après-midi, ajoutant qu'elle espère que les organisateurs de l'événement seront tenus responsables.

"Organiser une fête avec plus de 100 personnes, lors d'une pandémie, lors de l'utilisation de masques et de la promotion de l'éloignement social a été longuement évoqué … J'espère que ces personnes seront tenues pour responsables", a-t-elle déclaré.

Les autorités sanitaires ont déjà testé plus de 100 personnes liées au parti, avec 16 tests positifs pour Covid-19. Parmi eux, deux enfants, âgés de 12 et 7 ans, qui n’ont pas assisté à la fête mais qui auraient contracté le virus par l’intermédiaire de leur mère.

Il reste encore cinq personnes en attente de résultats et 10 à tester.

Guerreiro a ajouté que la plupart des personnes qui ont assisté à la fête sont «en âge de travailler et travaillent dans des lieux différents».

Le chef de la santé de l'Algarve, Paulo Morgado, a ajouté que certains des fêtards se sont volontairement présentés aux autorités sanitaires pour être testés.

Il a exhorté les gens à être plus prudents et a averti que ce type de partis devait être un "non-aller" évident.

«Nous ne tiendrons pas responsables les personnes qui ont assisté à la fête, mais celles qui ont organisé la fête. Ils devraient faire face à des conséquences », a déclaré le président de l'autorité sanitaire régionale ARS Algarve.

«Chacun doit rester vigilant car ces actes ont des conséquences sur la vie et l’emploi des gens. Dans ce cas, toute une communauté a été affectée en raison d'un comportement irresponsable qui viole la loi du pays », a-t-il déclaré.

Les cas confirmés sont désormais en quarantaine et, selon Ana Cristina Guerreiro, «certains sont sous surveillance policière».

La fête d'anniversaire a eu lieu à Odiáxere, avec des organisateurs disant aux propriétaires de la salle «pas plus de 20 personnes y assisteraient». Cependant, plus d'une centaine de personnes de partout au pays auraient assisté.

La police de GNR a été appelée sur les lieux après que les propriétaires des lieux ont vu un grand nombre de personnes aller et venir de la fête.

Le premier cas a été confirmé samedi dernier, avec huit autres signalés lundi. Il a été rapidement établi qu'ils étaient tous à la fête.

michael.bruxo@algarveresident.com