Le président de la République a estimé aujourd’hui qu’il n’y avait pas de sens à analyser le dossier de l’enquête sur des soupçons de trafic de diamants impliquant des militaires portugais au service des Nations unies, car elle est sous secret judiciaire.

« Eh bien, s’il fait l’objet d’une enquête judiciaire, cela s’applique au Président de la République, à l’Assemblée de la République, à la Commission parlementaire de défense, au Conseil supérieur de la défense nationale, étant entendu que cela n’a aucun sens d’avoir un analyse et une déclaration sur une affaire qui fait l’objet d’une enquête judiciaire », a affirmé Marcelo Rebelo de Sousa en marge de la séance de clôture du 32e Congrès national de l’hôtellerie et du tourisme, à Albufeira.

Le chef de l’Etat a même déclaré qu’il ne se sentait pas en mesure d’aborder cette question, le jour où le journal Público a rapporté qu’il « attend des explications du Premier ministre » sur le fait qu’il n’a pas été informé des soupçons par le ministre de la Défense.

« J’ai déjà eu l’occasion de dire, et j’ai même ajouté, qu’en ce moment je ne me sens pas en mesure d’intervenir dans cette affaire, car le processus avance, car il est public et notoire, et a les caractéristiques d’un processus de nature judiciaire. Et je ne commente jamais les procédures judiciaires en cours, en particulier », a-t-il souligné.

Le chef de l’Etat a rappelé que, lorsque l’affaire a été connue, il a décrit « exactement ce qui s’est passé », lorsqu’il a anticipé dans sa première intervention publique les raisons qui ont conduit à ce qu’il n’ait pas été informé de l’enquête par le ministre de la Défense, alors qu’il était commandant Cour suprême des forces armées.

« À ce sujet, je n’ai plus rien à ajouter, j’ai décrit ce qui s’est passé et, par rapport au passé, je n’ai rien à ajouter », a-t-il déclaré.

« J’avais dit que, probablement, la raison pour laquelle je ne savais pas était parce que [o caso] être en instruction judiciaire et dans le secret judiciaire. C’est l’intuition que j’ai eue et que j’ai confirmée ci-dessous. Je n’ai plus rien à ajouter », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le fait qu’il n’avait pas non plus été informé des soupçons qui pesaient sur les militaires, notamment par le chef d’état-major général des forces armées, Marcelo Rebelo de Sousa a ajouté que ce qu’il avait réalisé « c’est qu’il y avait une enquête immédiate. ”.

« Je l’ai même loué, qu’ayant le premier soupçon, une enquête a été immédiatement ouverte par la Police Judiciaire Militaire et, plus tard, par la Police Judiciaire. Il n’y avait pas exactement des mois ou des années d’attente entre une chose et une autre », a-t-il souligné.

Quant au fait que le ministre de la Défense ait informé les Nations Unies des soupçons, Marcelo Rebelo de Sousa a estimé que cette communication « était inévitable », car la force dans laquelle l’armée portugaise était intégrée est l’ONU.

« Il faut voir quelles sont les forces nationales déployées sur le terrain. Moi qui ai été avec les forces nationales déployées sur le terrain et ce qui se passe est le suivant : il y a une présence des Nations Unies sur le terrain, la force appartient aux Nations Unies », a-t-il souligné.

Le 8 novembre, la Police Judiciaire (PJ) a confirmé l’exécution de 100 mandats de perquisition et 10 arrestations, dont celles de militaires et ex-militaires, dans le cadre de l’opération Miriad, à la suite d’une enquête menée par le Département des enquêtes et de l’action pénale de Lisbonne.

Il s’agit de l’enquête sur un réseau criminel ayant des connexions internationales et qui « se consacre à l’obtention de profits illicites via la contrebande de diamants et d’or, le trafic de drogue, la contrefaçon et le passage de fausse monnaie, l’accès illégitime et la fraude informatique ».

Dans un communiqué, l’état-major général des forces armées (EMGFA) a révélé que certains militaires et portugais en mission en République centrafricaine pourraient avoir été utilisés comme « coursiers » dans le trafic de diamants, ajoutant que le cas avait été signalé en décembre 2019. .

Le président de la République a refusé mercredi de commenter ses relations avec le gouvernement après qu’il n’a pas été informé de l’implication des militaires dans une enquête judiciaire sur des trafics de diamants, d’or et de drogue.

A Berlin, après un déjeuner avec le vainqueur des élections en Allemagne et actuel vice-chancelier Olaf Scholz, le Premier ministre a justifié mercredi ne pas avoir informé le président de la République du réseau de trafic impliquant des militaires et des civils, car lui aussi n’avait aucune connaissance .

Mardi, au Cap-Vert, le chef de l’Etat a indiqué que le ministre de la Défense lui avait expliqué que « sur la base d’avis juridiques, il avait été entendu qu’il ne devait y avoir aucune communication à d’autres organes, à savoir les organes souverains, la Présidence de la République ou du parlement ».

JPC/JPS // SF