La coordinatrice de BE, Catarina Martins, a défendu aujourd’hui qu’« un budget de l’État qui ne répond pas au pays, perd tout le pays », considérant que l’éducation est « une énorme lacune » dans la proposition présentée par le gouvernement.

« Un budget de l’État qui ne répond pas au pays perd le pays tout entier. On le sait dans le Bloc de gauche et on travaille pour un Budget de l’Etat qui réponde aux besoins du pays », a-t-elle estimé, après avoir été interrogée sur une éventuelle crise politique, au moment où les bloquistes et les communistes ont annoncé qu’ils votaient contre le gouvernement proposition en général s’il s’agit du vote du 27 octobre en l’état.

Catarina Martins s’adressait à des journalistes au siège du Bloco de Esquerda, à Lisbonne, après avoir rencontré le secrétaire général de Fenprof, Mário Nogueira.

« Je dois dire que je pense que ce n’est pas une bonne façon de résoudre les problèmes que nous avons si importants d’ici au vote du budget, d’écouter le ministre des Finances comme j’ai entendu hier, de dire que je pense qu’il est impossible pour changer le facteur de durabilité », a souligné.

Pour le leader bloquiste, « on comprend peu qu’une coupure si pénalisante pour certaines personnes qui ont travaillé toute leur vie, mais qui ont en réalité une si brève existence dans la Sécurité sociale, ne puisse pas se terminer » pour qu’il y ait « plus de droits à retraite » tout en œuvrant pour « la pérennité de la Sécurité sociale ».

Catarina Martins a montré la volonté du parti de poursuivre les discussions avec l’exécutif, soulignant que « l’OE, pour pouvoir compter sur la viabilité du BE en général, doit s’accompagner de garanties du Gouvernement et du PS sur sa disponibilité pour le spécialité ».

« Que le ministre des Finances refusera hier l’une des mesures indispensables pour le BE, comme mettre fin à la baisse du facteur de soutenabilité des retraites, c’est-à-dire des retraites qui ont été calculées entre 2014 et 2018 pour les personnes qui ont de très longues carrières contributives, cela semble être un mauvais début de conversation », a-t-il prévenu.

Quant à l’éducation, Catarina Martins a estimé qu’il y a dans ce budget « un écart énorme et cet écart est l’éducation », ajoutant que « ce qui est prévu pour les investissements a à voir avec le PRR [Plano de Recuperação e Resiliência] et dans une large mesure, ce sont des investissements qui étaient déjà prévus avant même la pandémie ».

Évoquant que le pays connaît un problème de manque d’enseignants, avec de nombreux départs à la retraite et peu de jeunes souhaitant se lancer dans cette carrière, le leader bloquiste a souligné que « le nombre d’élèves qui aujourd’hui n’ont pas tous les enseignants dont ils ont besoin continuera d’augmenter. « .

ARYL // JPS