La manifestation du Front commun, qui a lieu une semaine avant le vote global final sur la proposition de budget de l’État 2022 (OE2022) au parlement, commence vers 14h30 de Marquês do Pombal, en direction de l’Assemblée de la République.

« Nous attendons à Lisbonne des milliers de travailleurs de tout le pays », a déclaré à Lusa le coordinateur du Frente Comum, Sebastião Santana.

Pour que les travailleurs puissent participer à la manifestation, le Front commun a émis « plusieurs préavis de grève », ce qui pourrait avoir un impact sur le fonctionnement des services publics aujourd’hui, a déclaré Sebastião Santana à Lusa.

« Ce sont des préavis de 24 heures qui concernent généralement tous les travailleurs de l’administration publique et, bien qu’il ne s’agisse pas d’une grève nationale, mais d’une manifestation, il y aura des troubles, notamment dans les écoles », a déclaré le dirigeant syndical.

La manifestation a été annoncée le 26 avril, lors d’un sommet des syndicats du Frente Comum, touchant la CGTP, en réponse au résultat de la réunion avec le gouvernement, qui a maintenu une mise à jour des salaires de 0,9 % pour cette année, malgré l’aggravation de l’inflation. .

« Compte tenu de la position prise par le gouvernement, qui n’a présenté aucune proposition salariale, maintenant les 0,9% qui nous ont été imposés en janvier, ni répondu à notre cahier de revendications, les syndicats du Front commun ont décidé d’aller de l’avant avec cette forme de lutte, une semaine avant le vote global final sur le budget de l’État » pour 2022 (OE2022), puis le coordinateur du Front commun, Sebastião Santana, a déclaré à l’agence Lusa.

Pour le syndicaliste, la mise à jour à 0,9% « est tout à fait inacceptable car, compte tenu de l’augmentation du coût de la vie aujourd’hui, elle représente l’aggravation de la perte de pouvoir d’achat ».

Sebastião Santana a souligné que, si le gouvernement est disposé à résoudre le conflit, il a encore le temps de changer la situation avant l’approbation finale de l’OS2022.

Les trois structures syndicales de l’administration publique se sont réunies le 20 avril, pour la première fois, avec la ministre de la Présidence, Mariana Vieira da Silva, et avec la secrétaire d’État Inês Ramires, pour définir les questions prioritaires pour la négociation.

Avant la réunion, des dirigeants syndicaux et des militants du Frente Comum se sont réunis à la résidence officielle du Premier ministre, à S.Bento, où ils ont remis le cahier de revendications, qui comprend l’augmentation des salaires de tous les travailleurs de la fonction publique, les carrières et le renforcement de la fonction publique prestations de service.

Outre l’augmentation générale des salaires de 90 euros, le Front commun demande la correction du Tableau unique des rémunérations, le déblocage effectif des promotions et progressions dans les postes salariaux et la révision du système d’évaluation.

La rencontre avec le gouvernement a eu lieu une semaine après la remise de la proposition OE2022 au parlement, qui ne prévoit pas d’augmentations salariales pour 2022, en plus des 0,9% déjà appliqués en janvier, malgré la hausse de l’inflation.

Le ministre des Finances Fernando Medina, lorsqu’il a présenté la proposition OE2022 aux journalistes, a exclu la possibilité d’augmentations intérimaires des salaires des fonctionnaires en 2022, pour faire face à la hausse des prix, arguant que cette décision pourrait aggraver l’inflation.

DF (RRA) // JNM