Le chef du Parti écologique « Os Verdes » (PEV) José Luís Ferreira a estimé aujourd’hui qu’« avec ce silence du gouvernement » concernant la négociation du budget de l’État avec le PEV, « cela donne l’idée que c’est à tomber par terre » .

Lorsqu’on lui a demandé si ce moment semblait être la fin de la solution gouvernementale de ces dernières années, basée sur des ententes entre le PS et les partis de sa gauche, le leader et député du PEV a répondu : « Oui, je pense qu’il y a des signes qui pointent dans cette direction. . »

Lors d’une conférence de presse sur les conclusions du Conseil national du PEV, à la Casa do Alentejo, à Lisbonne, José Luís Ferreira a déclaré qu’à ce stade « les années précédentes, le processus était beaucoup plus avancé » et que maintenant il n’y a même plus de réunion prévue , concluant : « Les choses telles qu’elles sont, avec ce silence du gouvernement, donne l’idée que c’est à tomber par terre. »

Ce qui a été décidé par le Conseil national du PEV, c’est que, « telle quelle », la proposition du Gouvernement « aura le vote contre » ce parti, mais qu' »il est encore temps jusqu’au vote en général de chercher des solutions afin de faire le budget de l’État pour 2022 », a-t-il annoncé.

José Luís Ferreira a ajouté que, « à cet effet, le Conseil national a chargé le Comité exécutif de surveiller l’ensemble du processus, tant qu’il y a un signe d’ouverture ou de disponibilité de la part du gouvernement et du PS pour que cette conversation se déroule place » – ce qui doit arriver « jusqu’au vote en général », a-t-il souligné.

Selon le leader du PEV, les axes que ce parti considère comme fondamentaux « ont été minimisés dans l’élaboration du Budget de l’Etat » : lutter contre le changement climatique, la pollution et la pauvreté et renforcer les services publics.

En revanche, il a signalé au Gouvernement « une différence du point de vue de l’exécution des engagements assumés en 2021 », précisant qu’« il n’y a jamais eu de décalage entre ce qui a été convenu et ce qui a été envisagé par la suite. « .

Le chef et député du PEV a souligné que l’exécutif dirigé par António Costa n’a pas la majorité au parlement » et a fait valoir qu’il lui incombe donc « de rechercher des solutions avec des forces politiques suffisantes pour rendre le budget viable ».

« En d’autres termes, la responsabilité n’est pas de ce côté-ci, c’est du côté du gouvernement, qui doit présenter aux Portugais un budget qui, sachant qu’il n’a pas la majorité, ne peut pas être le seul à le faire, il le fera il faut aussi avoir l’accord et des concessions minimales ou raisonnables pour que les autres partis puissent se revoir dans le Budget », a-t-il renforcé.

IEL //