Le président du PSD a accusé aujourd'hui le gouvernement de vouloir «tout donner en même temps» et d'avoir «l'audace de dire qu'il n'y a pas d'austérité» dans la proposition de budget de l'État, considérant qu'il s'agit de «tromper les gens».

«Distribuer ce que vous avez à ceux qui en ont le plus besoin est juste et mérite notre soutien et nos encouragements. Mais tout distribuer en même temps – ce que vous avez et ce que vous n'avez pas – c'est engager l'avenir et tromper les gens. C'est donner la fausse illusion d'une facilité qui n'est pas réelle et qui, plus tard, devra peut-être être payée par des souffrances inutiles », a déclaré Rui Rio, lors de la séance de clôture du débat sur la généralité du budget de l'Etat à l'Assemblée de la République.

Le président du PSD est revenu pour justifier le vote du parti contre non seulement par le contenu du document, mais aussi en invoquant les déclarations du Premier ministre, António Costa, fin août à Expresso.

«Nous le faisons aussi, avec la tranquillité de ceux qui ont été informés – par ceux qui y ont droit – que leur projet doit être à gauche et que, par conséquent, toute autre impression de vote par le PSD n'aurait aucun effet sur les questions de stabilité. ou empêcher une crise politique intempestive », a-t-il dit, assurant que le parti sera guidé par l'intérêt national et renoncera« toujours à la démagogie, au populisme et au facilitisme ».

Le président du PSD a critiqué le budget construit par le PS et «avec quiconque a décidé de partager son projet politique» pour, selon lui, se limiter à «regarder le présent et celui qui vient après ça ferme la porte».

«Au milieu d'une très grave crise économique et sanitaire, le gouvernement a annoncé qu'il donnerait tout en même temps, avec peu de logique et des critères faibles. Pour lui, il est important d'essayer de convaincre les Portugais qu'il n'y a pas d'austérité », a-t-il déploré.

Rio a averti que la crise provoquée par la pandémie de covid-19 pourrait même avoir un autre nom, «peut-être plus laid», mais ce sera toujours «une période d'angoisse, d'incertitude et de souffrance» pour des milliers de Portugais.

«Il peut y avoir du chômage et des faillites; il peut y avoir des milliers de travailleurs «licenciés» avec des réductions d'un tiers de leur salaire; il peut y avoir des entreprises qui sont incapables de payer leurs salaires; il peut y avoir des secteurs de l'économie stagnants; il peut y avoir des régions socialement dévastées; des familles entières peuvent être au chômage; il peut y avoir des Portugais sans accès aux consultations médicales et aux interventions chirurgicales dont ils ont besoin; même le taux de mortalité dû à des pathologies non covides peut être beaucoup plus élevé que la normale, ce qui pour le gouvernement est l'impudence de dire qu'avec lui, il n'y a pas d'austérité », a-t-il critiqué.

SMA // JPS