«Jusqu'à présent, 30 cas nous sont parvenus, j'en ai accepté environ un tiers», a déclaré le secrétaire d'État à l'Administration publique lors d'une audition en commission parlementaire dans le cadre de l'examen dans la spécialité du projet de budget de l'État 2021 (OE2021) .

Comme l'explique le secrétaire d'État, les approbations ont pris en compte des critères selon lesquels le service en question est déficient, «si l'embauche est générée et si le montant proposé peut éventuellement doubler la dépense» ou si le travailleur «s'intègre mieux ou moins bien dans les processus administratifs ton service ".

En d'autres termes, résume José Couto, «les principes de raisonnabilité, de proportionnalité, de bonne gestion» ont été appliqués pour décider d'approuver ou non les demandes de préretraite.

Le secrétaire d'État a rappelé que les pré-réformes dépendent de l'accord du travailleur et de l'employeur, soulignant que le gouvernement n'a pas l'intention d'utiliser ce régime "en masse".

Le régime de préretraite permet aux fonctionnaires âgés de 55 ans ou plus de suspendre leur travail, commençant à percevoir entre 25% et 100% de la rémunération de base et dépend, en plus de l'accord entre le travailleur et l'employeur, de l'autorisation préalable des membres du Gouvernement responsable des domaines des finances et de l'administration publique.

Quant au Programme extraordinaire de régularisation des liens précaires de l'administration publique (PREVPAP), José Couto a déclaré aux députés que le processus «touche à sa fin» avec environ 27 000 avis positifs.

«PREVPAP était un processus unique et le fait qu'il ait pris du temps ne diminue en rien son succès», a défendu José Couto.

DF // RBF

Le thème des pré-réformes était aujourd'hui sur la table des cycles de négociations entre l'équipe du ministère de la Modernisation de l'Etat et de l'Administration publique et les trois structures syndicales du secteur – Fesap, STE et Frente Frente – sur les sujets à inclure dans le budget de l'État pour 2020, sans que les augmentations salariales soient prises en compte par l'exécutif

En ce qui concerne les pré-réformes, à l'issue des réunions, la ministre Alexandra Leitão a déclaré qu'il est toujours nécessaire d'opérationnaliser et de densifier les critères comme moyen de rajeunir l'administration publique avec des critères qui doivent être analysés avec les ministères sectoriels car ils sont différents en raison de chaque carrière spéciale et chaque ministère spécifique ».

"Il y a déjà du travail avec les ministères spécifiques", a déclaré Alexandra Leitão aux journalistes, ajoutant que les pré-réformes avanceront dans cette législature.

Cependant, interrogé sur le montant budgété pour financer ce régime, le ministre a déclaré que «l'engagement qui est pris en charge dans la loi de finances de l'Etat est de négocier cela courant 2020 avec les syndicats et seulement après la négociation et il y a un ensemble de critères densifiés. est qu '"il sera possible" de quantifier et donc sûrement que ce montant figurera dans les budgets de 2021 et suivants ".

Alexandra Leitão a ensuite ajouté qu '"il se peut qu'il y ait des moments déjà plus tôt en 2020 (pour que le régime entre en vigueur) en raison des crédits dont disposent les zones sectorielles elles-mêmes".

Concernant les critiques formulées par les syndicats en raison de l'absence de proposition de mise à jour salariale, le ministre a dévalué, soulignant que les trois structures syndicales se sont vues présenter une articulation avec plusieurs dossiers qui figureront dans l'OE2020, avec l'engagement d'un accord pluriannuel pour l'administration publique .

«La proposition a un cadre stratégique que nous entendons développer à partir du premier trimestre 2020 en négociant avec les structures syndicales un accord pluriannuel qui englobe une évaluation plus structurelle du domaine de l'administration publique avec des aspects tels qu'un programme pluriannuel d'entrées et de sorties, le rapprochement des la vie personnelle et familiale », entre autres, a déclaré le ministre.

Dans ce contexte, Alexandra Leitão a de nouveau souligné que la masse salariale dans l'administration publique a augmenté ces dernières années avec la décomposition des carrières et que l'augmentation atteindra environ 3% en 2020.

Sous le régime de la préretraite, les fonctionnaires âgés de 55 ans ou plus peuvent suspendre leur travail, commençant à percevoir entre 25% et 100% de la rémunération de base.

Le décret-loi, publié en février, établit que la situation de préretraite «est constituée d'un accord entre l'employeur public et le travailleur» et «dépend de l'autorisation préalable des membres du gouvernement chargés des domaines des finances et de l'administration publique. , à obtenir par l'intermédiaire du membre du gouvernement »qui est responsable du service, c'est-à-dire par l'intermédiaire du ministre du secteur.

La réglementation des pré-réformes dans la fonction publique a été l'un des diplômes en cours de négociation l'année dernière entre le ministère des Finances et les syndicats, prévue depuis plusieurs années dans la loi générale du travail dans les fonctions publiques.

DF // CSJ

Le contenu OE2021: l'administration publique a reçu 30 demandes de préretraite et approuvé un tiers apparaît en premier dans Vision.