Selon le tableau «Utilisation conditionnelle des allocations budgétaires d'OE2020», présent dans le Résumé de l'exécution du budget publié aujourd'hui par la Direction générale du budget (DGO), sur un total de captifs initiaux de 572 millions d'euros, les finances restent à déclasser 536,6 millions d'euros, ce qui signifie que 35,4 millions d'euros du montant captif ont déjà été débloqués.

Dans la réserve budgétaire, un autre des instruments de gestion budgétaire que Finance utilise pour retenir les fonds, sur un total initial de 453,5 millions d'euros prévu pour ce poste, est resté sous contrôle financier, en avril 433,2. millions d'euros, portant le montant débloqué à 20,3 millions d'euros.

Au total, en ajoutant les captifs et la réserve budgétaire, 969,8 millions d'euros seront débloqués d'ici la fin de l'année, sur un montant initial de 1,025,5 million d'euros prévu dans le budget de l'État.

La réserve budgétaire constitue un montant spécifique dans les programmes budgétaires et les entités appartenant au Service national de santé et d'enseignement supérieur sont exclues de l'application de la réserve.

Une captivation, en revanche, est une rétention d'une partie des montants budgétisés pour les services et organismes publics, dont la libération de ces fonds (démantèlement) est normalement soumise à l'autorisation ministérielle.

Parmi les instruments de contrôle budgétaire par le ministère des finances, il existe également une dotation provisoire, qui correspond à une provision pour couvrir les dépenses imprévues et inévitables.

Les administrations publiques ont enregistré un déficit de 3203 millions d'euros jusqu'en mai, soit une augmentation de 2550 millions d'euros par rapport à la même période en 2019, a annoncé aujourd'hui le ministère des Finances dans un communiqué.

«L'exécution budgétaire dans les comptes publics des Administrations Publiques (AP) a enregistré un déficit de 3 203 millions d'euros jusqu'en mai, soit une augmentation de 2 550 millions d'euros par rapport à la même période l'an dernier en raison de l'effet combiné de la contraction des revenus (-0,4%) et la croissance des dépenses (7,4%) », indique le communiqué du ministère encadré par João Leão.

Le ministère des Finances souligne que l'exécution du budget jusqu'en mai "montre déjà les effets de la pandémie de Covid-19 sur l'économie et les services publics suite aux mesures de politique d'atténuation".

Fin avril, le déficit public était de 1 651 millions d'euros, reflétant une augmentation de 341 millions d'euros par rapport à la même période en 2019.

JE (LT) // JNM

Le contenu OE2020: Finance publié jusqu'en avril 105 ME sur les 1026 ME en captivations et réserves apparaît en premier dans Vision.