Le Premier ministre a salué aujourd'hui la décision du comité de la TVA de l'Union européenne d'autoriser la réduction de la TVA sur l'électricité sur la base de critères environnementaux, estimant que cela "valait la peine d'être ferme" politiquement en la matière.

Cette position a été exprimée par António Costa dans un message qu'il a divulgué sur son compte personnel sur le réseau social Twitter, après que le comité de la TVA de l'Union européenne n'ait pas exprimé d'opposition au changement demandé par le gouvernement portugais afin d'ajuster cette taxe dans le projet de loi léger à l'étape consommation.

«La décision prise aujourd'hui par le comité de la TVA est de la plus haute importance, car elle permet la création d'une incitation innovante, respectueuse de l'environnement et socialement juste. Cela valait la peine d'être ferme dans le débat sur le budget de l'État pour 2020 et d'oser innover dans l'Union européenne », a écrit le Premier ministre.

La question de la baisse de la TVA sur l'électricité a été la plus tendue dans les négociations à gauche de la proposition de budget pour cette année et également tout au long du débat budgétaire lui-même à l'Assemblée de la République, le PS divergeant du PSD et de ses partenaires parlementaires. Gauche, PCP et PEV.

Avec différentes factures, le PSD, le Bloco de Esquerda et le PCP avaient l'intention de consacrer une réduction de la TVA sur l'électricité pour la consommation intérieure, tandis que le gouverneur a affirmé que des mesures dans ce sens seraient en contradiction avec les règles de Bruxelles.

Alternativement, en décembre dernier, António Costa a déclaré qu'il avait envoyé une lettre au président de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, demandant l'autorisation de modifier les critères de la TVA sur l'énergie en vue de faire varier le taux en fonction des différents niveaux de consommation. .

Fin mai dernier, le Premier ministre a déclaré qu'il attendait le "feu vert" de Bruxelles pour que, "de manière innovante", l'exécutif puisse commencer à "graduer le taux de TVA sur l'électricité en fonction des niveaux de consommation".

Cela permet aux ménages ayant moins de consommation d'énergie d'avoir un taux de TVA inférieur à celui qu'ils paient actuellement, variant entre un minimum de 6% et un maximum de 23%, en fonction du kWh (kilowatt-heure) consommé.

Des sources européennes ont indiqué à l'agence de Lusa que le comité de la TVA, réuni ce matin, avait traité du dossier portugais et "avait pris note de la réduction du taux de TVA sur l'électricité proposée par le Portugal".

Cela signifie donc que le pays peut procéder à la modification législative, bien qu'il s'agisse d'un organe consultatif sans compétence pour autoriser ou désapprouver la mesure proposée.

Afin de procéder à des taux de TVA réduits dans certains domaines, tels que l'électricité, les États membres doivent consulter le comité de la TVA de la Commission européenne, mais ce processus n'est qu'une formalité, car l'organisme ne peut pas approuver ou rejeter la mesure proposée .

Cette commission peut toutefois signaler d'éventuelles préoccupations juridiques concernant la fiscalité causée par la mesure, ce qui entrave les autorisations législatives demandées par les pays.

En dernier ressort, il appartient à la Cour de justice de l'Union européenne de décider si une mesure constitue une violation du principe de neutralité de la TVA ou si elle provoque une distorsion de concurrence au niveau communautaire.

PMF (ANE / PE) // SF

Le contenu OE2020: Costa dit que «cela valait la peine d'être ferme» dans le débat sur la TVA sur l'électricité apparaît d'abord à Visão.