Après le cortège funèbre qui a quitté l’Académie militaire de Lisbonne, le cercueil qui transportait le corps d’Otelo Saraiva de Carvalho, décédé dimanche, est arrivé en début d’après-midi au Centre funéraire de Cascais, à Alcabideche, où des dizaines de personnes attendaient 10 soldats de la section d’artillerie anti-aérienne n°1 de l’armée de terre.

Trois saluts ont été entendus lorsque le cercueil, recouvert du drapeau national, a été retiré du corbillard, suivis de moments de silence, en l’honneur d’Otelo Saraiva de Carvalho.

Une large bande blanche, avec des lettres rouges foncées, pouvait lire « Merci, Othello », un message qui a été répété par plusieurs des personnes présentes lors de la brève cérémonie qui a eu lieu à l’entrée du crématorium.

Oeillets rouges, « Grândola Vila Morena » et applaudissements n’ont pas manqué aux adieux du stratège du 25 avril.

Cependant, comme cela s’était produit à l’Académie militaire, plusieurs personnes ont exprimé leur mécontentement de ne pas avoir déclaré le deuil national pour la mort du soldat d’Avril.

Aux journalistes, le contre-amiral Manuel Martins Guerreiro, compagnon d’Othello au Conseil de la Révolution, a commencé par dire que « l’essentiel est que les Portugais sentent et veuillent rendre hommage à Othello », considérant que cela s’est produit ces derniers jours.

« C’est effectivement dommage que les institutions, les organes de souveraineté n’aient pas pu profiter de cette occasion pour rendre vraiment hommage à Othello, l’homme qui est en fait le symbole du 25 avril », a-t-il déploré.

Pour Martins Guerreiro, la journée « entière et propre » du 25 avril — une référence au poème de Sophia de Mello Breyner Andresen sur la journée de la liberté — est due à Otelo Saraiva de Carvalho.

« A Othello et aux capitaines, tous ceux qui ont accompli la mission. Des capitaines qui étaient les capitaines d’Othello, qu’Othello commandait ce jour-là », a-t-il loué.

Pour le contre-amiral, « s’il y avait un moment pour rendre hommage national au 25 avril, aux hommes qui ont fait le 25 avril, symbolisé à Othello, c’était le moment », soulignant que « les Portugais ont une dette de gratitude à Othello pour le 25 avril ».

Le cortège funèbre d’Otelo Saraiva de Carvalho a quitté l’Académie militaire, à Lisbonne, vers 12h45, sous les applaudissements de plusieurs dizaines de personnes, oeillets rouges à la main, certains jetés vers le corbillard où le corps du stratège de le coup d’État militaire du 25 avril.

Quelques minutes auparavant, il y avait eu des cris de « deuil national » de la part des personnes rassemblées à la sortie de l’Académie militaire, qui ont également scandé « Grândola, Vila Morena » et crié « Otelo, ami, le peuple est avec toi ».

Mardi, le Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, le Premier ministre, António Costa, et le Président de l’Assemblée de la République, Eduardo Ferro Rodrigues, ont assisté à la veillée de Otelo Saraiva de Carvalho.

A cette occasion, le Président de la République a été le premier à s’exprimer publiquement sur la décision de ne pas décréter le deuil national, une compétence du Gouvernement, considérant que le fait qu’il en soit de même à la mort d’autres protagonistes de la révolution, comme Salgueiro, ont contribué à cette décision Maia et Ernesto Melo Antunes.

Dans le même ordre d’idées, le Premier ministre a par la suite déclaré que « l’État s’incline évidemment devant la mémoire » d’Otelo Saraiva de Carvalho et qu’il n’y a pas de deuil national de cohérence avec la décision sur la mort d’autres protagonistes du 25 avril.

« Il y a plusieurs façons d’honorer nos grands. De toute évidence, l’État s’incline devant la mémoire du colonel Otelo Saraiva de Carvalho », a déclaré António Costa aux journalistes alors qu’il entendait les cris de « deuil national » de certaines personnes faisant la queue pour entrer dans la chapelle.

JF/ACL/(MP) // ACL