La Cour suprême de justice (STJ) a rejeté la demande de la commission d’enquête parlementaire à Novo Banco de rendre public le rapport Costa Pinto, qui évaluait la conduite de Banco de Portugal dans la résolution de BES.

Selon le jugement des juges du STJ, auquel Lusa a eu accès, « ce qui est vraiment en jeu dans cette procédure, c’est la levée du secret » de l’éventuelle commission d’enquête parlementaire sur les pertes enregistrées par Novo Banco et imputées au Fonds de résolution et « la manière et les conditions dans lesquelles il peut être utilisé » le document.

« Il s’agit cependant d’enjeux au-delà de l’incident de la rupture du secret » invoqué par la commission, estiment les juges, puisque cet incident découle, par exemple, d’un refus de partager des documents, « et qui a pour seul but de surmonter ce refus. ”.

De l’avis du tribunal, cela ne s’est pas produit parce que « le rapport n’a pas seulement été mis à la disposition des députés » par le Banco de Portugal, « mais aussi parce qu’il a été volontairement mis à disposition ».

Ainsi, les juges considèrent la demande de la commission d’enquête « rejetée, soit parce que les hypothèses juridiques respectives ont été vérifiées, soit parce que, en tout état de cause, elle porte sur un objet qui a été soustrait à la compétence du STJ ».

Le tribunal observe cependant que malgré le fait que la violation du secret ne se produise pas, la commission d’enquête n’est pas « empêchée d’utiliser le document aux fins de son enquête et dans le rapport final ».

Au début des auditions parlementaires de la commission d’enquête, le 10 mars, le président Fernando Negrão (PSD) a annoncé la candidature au STJ.

« Nous allons activer le mécanisme dont nous disposons, qui est un appel urgent à la Cour suprême de justice pour la levée du secret professionnel », a déclaré Fernando Negrão lors de l’audition de João Costa Pinto, auteur du rapport qui analyse la conduite de la Banque du Portugal (BdP) dans la résolution BES.

Le 20 avril, la commission d’enquête sur Novo Banco a ouvert une « enquête sommaire » en raison de la diffusion dans les médias du rapport Costa Pinto, qui « était secret », visant à vérifier la violation de la confidentialité et à identifier son auteur.

Le 27 avril, le président de la commission d’enquête de Novo Banco a transmis au président de l’Assemblée de la République, Ferro Rodrigues, la décision sur qui dirigera l’enquête sommaire sur la publication du rapport Costa Pinto, affirmant être dans le même position que les autres députés de la commission.

JE/JF // CSJ