Le chef de l’Etat portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a promis aujourd’hui, à son arrivée à Dili pour sa première visite officielle au Timor-Leste, « encore plus » de coopération bilatérale et a exprimé son admiration pour le « grand peuple » du Timor-Leste.

« Nous allons faire encore plus que ce que nous avons fait », a déclaré le président de la République aux journalistes à l’aéroport international Presidente Nicolau Lobato, où il a été reçu par José Maria dos Reis, vice-Premier ministre du Timor-Leste, et accueillis par des groupes traditionnels du Timor oriental de régions telles que Baucau, Manatuto et Suai.

« Il y a beaucoup, beaucoup à faire et le Portugal fera tout pour que les dix prochaines années soient encore plus intenses que les précédentes », a-t-il ajouté, avec un vêtement traditionnel timorais – tel – sur les épaules, en signe de bienvenue. .

Marcelo Rebelo de Sousa est au Timor-Leste spécialement pour les cérémonies officielles du 20e anniversaire du rétablissement de l’indépendance, vendredi, et l’investiture du nouveau président timorais, José Ramos-Horta, ce soir, au cours desquelles il représentera les Portugais l’État et les institutions européennes.

Le président de la République a voyagé depuis Lisbonne sur un vol opéré par EuroAtlantic, avec une escale à Dubaï, un trajet qui a duré plus de 20 heures au total. L’avion a atterri à Dili à 07h45 heure locale, 23h45 mercredi à Lisbonne, où il est moins de huit heures.

Dans ses premières déclarations au Timor-Leste, où il n’était jamais allé, le chef de l’Etat a exprimé « une grande fierté et une grande reconnaissance au peuple timorais pour 20 ans de démocratie, de paix, de liberté » et a désigné ce jeune pays comme « un exemple dans la région et un exemple dans le monde ».

« C’est vraiment si touchant et si excitant », a estimé Marcelo Rebelo de Sousa.

Notant la «succession pacifique des chefs d’État», il a déclaré: «C’est un exemple que le Timor-Leste donne au monde entier et qui, par conséquent, remplit notre âme d’affection, de tendresse, de reconnaissance, de gratitude et d’admiration. C’est un grand peuple ».

Marcelo Rebelo de Sousa est arrivé accompagné du ministre des Affaires étrangères, João Gomes Cravinho. Egalement à Dili, représentant le parlement portugais, se trouve sa vice-présidente Edite Estrela, députée du PS.

Le vice-Premier ministre timorais a déclaré que «c’est une fierté pour l’État et pour le gouvernement du Timor-Leste d’accueillir le président de la République à l’occasion de ce 20e anniversaire de la restauration de l’indépendance» et a exprimé l’espoir que «cette visite puisse marquer un nouveau moment historique dans la chaleureuse relation » entre les deux pays.

José Reis a souligné le soutien que le Portugal a apporté au Timor-Leste au cours des 20 dernières années, notamment dans le secteur de l’éducation, mais aussi dans la justice, la défense et la sécurité. « Une relation qui doit être préservée et promue par les futurs gouvernements », a-t-il défendu.

Le chef de l’État portugais a également salué les « liens fraternels entre les deux pays » et a déclaré que « le Portugal a beaucoup fait, dans les domaines les plus variés, de l’éducation à la coopération sociale, politique, diplomatique, militaire et sécuritaire », réitérant :  » Nous devons faire plus, faisons plus. C’est ce que je suis ici pour dire. »

Selon Marcelo Rebelo de Sousa, les entreprises portugaises pourraient investir au Timor-Leste dans des secteurs tels que les infrastructures, le tourisme, l’énergie, la transformation numérique et l’agro-industrie.

Dans cette première visite officielle en République démocratique du Timor-Leste, centrée sur la capitale, Dili, le président portugais a un programme divisé en trois jours, jeudi, vendredi et samedi, et rentre dimanche à Lisbonne.

IEL/ASP // JMC