« Le ministre de la Culture [a anterior ministra Graça Fonseca] dit qu’il n’était pas possible de changer la législation pour l’instant [lei das fundações]. Nous avons ce problème et ce que le ministère propose, c’est que la chambre lance un appel d’offres via GO Porto. Le conseil fait le travail et demande ensuite des fonds », a expliqué Rui Moreira aujourd’hui, lors de la réunion de l’exécutif.

Le maire indépendant, qui s’est exprimé sur les équipements culturels dans le cadre des propositions présentées par BE et la CDU, a également déclaré avoir dit à l’ancien ministre qu’il n’allait pas poursuivre les travaux car « ses mains ont été brûlées » à cause de la Lycée Alexandre Herculano.

Soulignant que la réhabilitation du Coliseu do Porto, annoncée en avril 2021 par le ministre de l’époque, était en « eaux de morue », le maire a déclaré avoir eu une réunion avec le nouveau ministre de la Culture, Pedro Adão e Silva, au cours de laquelle il a averti qu’il fallait « revenir de toute urgence sur le thème du Colisée ».

« J’ai parlé avec le président de la zone métropolitaine de Porto (AMP) et ces trois (mairie, gouvernement et AMP), qui sont les principaux partenaires de cet équipement, ont convenu qu’après tout, il y avait des conditions de marché pour lancer une concession qui garantissait le pérennité de l’association des Amis du Colisée », a-t-il déclaré.

Aux conseillers, Rui Moreira a assuré que la municipalité n’était pas « intéressée » par la programmation du Coliseu do Porto, ni qu’elle « s’y mêlait ».

« Nous ne voulons pas d’homogénéité dans la programmation. Il était très utile d’avoir obtenu une unanimité remarquable, remplissant l’objectif de deux conseils municipaux [de cultura]», a déclaré le maire, faisant référence à la proposition présentée par le représentant de la municipalité à la direction de l’Associação dos Amigos do Coliseu pour que cet équipement culturel soit accordé à des entités privées.

La conseillère de la CDU, Ilda Figueiredo, qui a vu sa proposition rejetée, a déclaré qu’elle ne comprenait pas les raisons qui ont conduit le gouvernement et la mairie de Porto à ne pas procéder à la réhabilitation de l’espace, insistant pour que cela se fasse avec des fonds communautaires.

« Nous attendions tous que cela se produise, nous avons constaté que cela ne s’est pas produit pour des raisons que je ne comprends pas. Si non, serait-ce parce que nous étions à la veille d’élections ? J’insiste pour qu’il y ait une intervention dans le bâtiment et que des fonds communautaires soient utilisés », s’est-il défendu.

La conseillère Maria Manuel Rola, de BE, qui a remplacé le conseiller Sérgio Aires lors de la session, a considéré la décision avancée par la municipalité comme « problématique », en particulier, pour avoir eu recours au représentant sans avoir d’abord encouragé « la discussion avec ceux qui se sont mobilisés dans la ville et le population » qui a soutenu les requalifications antérieures ».

« Cette avance sans concertation avec l’AMP, mais soutenue par cette dernière et le Gouvernement, semble faire perdre à la Ville un équipement important », a-t-il dit, estimant que la valeur de la requalification de l’immeuble serait « utilisée facilement à l’aide le budget du conseil » .

Comme la CDU, la proposition de BE a également été rejetée par l’exécutif communal.

Le socialiste Tiago Barbosa Ribeiro a déclaré ne voir « aucun problème » dans la décision de la direction de l’association, appelant toutefois à ce que le rôle de l’association Amigos do Coliseu soit « assuré » dans le futur cahier des charges, ainsi qu’une présence physique. place dans le bâtiment.

« La plupart du temps, des promoteurs privés opèrent déjà », a-t-il observé, estimant qu’il n’est toujours pas « sain » pour le maire « d’occuper de manière hégémonique tous les espaces de programmation culturelle » de la ville.

À son tour, le conseiller Alberto Machado, du PSD, a souligné la pertinence de résoudre « un problème que Porto a depuis longtemps ».

« C’est une bonne solution pour restituer le matériel aux habitants de Porto », a-t-il estimé.

Aux édiles, Rui Moreira a également assuré que le cahier des charges de l’appel d’offres de concession qui sera lancé garantira « l’enjeu patrimonial, l’utilisation et la sauvegarde de l’association », ainsi que « les emplois et la pérennité économique des équipements ».

Vendredi, la direction de l’Associação Amigos do Coliseu, l’entité qui gère les équipements culturels de Porto, a approuvé à l’unanimité une proposition, présentée par le représentant de la Chambre de Porto, pour qu’elle soit accordée à des particuliers.

La direction de l’Associação Amigos do Coliseu est composée de Mónica Guerreiro, présidente du Coliseu do Porto et représentante du ministère de la Culture, Maria João Castro, représentante de la zone métropolitaine de Porto (AMP), Nuno Lemos, représentant de la ville de Porto Conseil, Daniel Pires, représentant des membres individuels de l’Associação Amigos do Coliseu et António Tavares, fournisseur de Santa Casa da Misericórdia do Porto.

Vendredi également, dans des déclarations envoyées à Lusa, le ministre de la Culture, Pedro Adão e Silva, a déclaré qu’il « soutient » la concession du Coliseu do Porto à des particuliers et que l’option est faite « sans aucun préjudice » concernant le modèle de la gestion et du financement de la réhabilitation.

SPYC // MSP