Le président du Conseil européen, Charles Michel, se réunira aujourd'hui avant le début du sommet extraordinaire des dirigeants sur la reprise économique avec Angela Merkel, Emmanuel Macron, Mark Rutte, Pedro Sánchez et Giuseppe Conte, a annoncé son porte-parole. .

Dans un billet publié sur le réseau social Twitter, le porte-parole déclare que «le deuxième jour du Conseil européen commence par une réunion avant la plénière» entre Charles Michel et la «chancelière» allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron, Premier ministre Le ministre néerlandais Mark Rutte, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez et également avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte, à Bruxelles.

Participant à cette réunion, qui vise à débloquer l'impasse dans les négociations à la recherche d'un accord pour une réponse européenne à la crise engendrée par le covid-19, se trouve également la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le début officiel du Conseil européen, après ces réunions bilatérales, est prévu à 11 heures (heure locale, moins une à Lisbonne).

Les dirigeants européens, réunis à Bruxelles depuis vendredi, reprennent aujourd'hui le Conseil européen consacré au plan de relance de l'UE, encore loin d'un accord, après peu de progrès et des rapprochements réalisés le premier jour de travail.

Malgré d'intenses contacts entre les dirigeants au cours des dernières semaines et de nombreuses heures de discussions le premier jour du sommet vendredi, il existe encore de nombreuses différences entre les États membres, des sources européennes indiquant que les pays dits «frugaux» , avec les Pays-Bas en tête, restent inébranlables dans leurs positions, rendant impossible l'unanimité nécessaire pour l'approbation du prochain cadre budgétaire de l'Union et du Fonds de relance.

L'un des problèmes qui menace le plus un accord est la «gouvernance» des fonds alloués aux États membres, les Pays-Bas insistant sur la nécessité de l'unanimité au niveau du Conseil pour approuver les remboursements aux États membres, ce qui signifierait que tout le pays aurait le droit de veto, scénario rejeté par l'écrasante majorité des dirigeants européens.

Les autres points clés du plan européen pour la relance économique qui ne font pas encore l'unanimité sont l'équilibre entre les subventions et les prêts dans l'attribution du soutien du Fonds de relance aux États membres, les critères et la clé de répartition pour la distribution des fonds aux 27, et sa éventuelle conditionnalité au respect de l'état de droit, entre autres.

Compte tenu de l'absence d'avancées dans les travaux de vendredi soir et, selon des sources européennes, face à une croustillance accrue dans la salle, le président du Conseil européen a décidé de mettre fin aux travaux vers minuit et de programmer une nouvelle session pour aujourd'hui, pour un une longue et intense journée de négociations.

Lors du premier Conseil européen en face à face des cinq derniers mois – le précédent sommet «physique» a eu lieu en février, avant l'arrivée de la pandémie de Covid-19 en Europe – les 27 viseraient à trouver un compromis autour d'un cadre financier Pluriannuel, le budget de l'UE pour 2021-2027, de l'ordre de 1,07 milliard d'euros, et un fonds de relance post-pandémique associé de 750 milliards d'euros, mais il reste encore de nombreux problèmes non résolus, être imprévisible jusqu'à ce que durera ce Conseil européen et s'il sera concluant.

ANE / ACC // JNM

Le contenu Michel rencontre Merkel, Macron, Sánchez, Rutte et Conte avant que la nouvelle session du Conseil européen n'apparaisse en premier dans Vision.