Précisément une semaine après avoir assumé la présidence du Conseil de l'Union européenne – dans ce qui constitue le début du trio de présidences dont le Portugal fait partie (au premier semestre 2021) -, et à un moment où la levée des restrictions due à la Le 19 commence à permettre aux événements en face-à-face de reprendre à Bruxelles, Merkel aura une réunion avec les présidents de la Commission, du Conseil et du Parlement européen, et se rendra également à l'Assemblée européenne.

Le 2 juillet, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a annoncé qu'elle avait invité les présidents du Conseil européen, Charles Michel, et du Parlement, David Sassoli, ainsi que la présidence tournante du Conseil de l'UE, désormais aux mains de l'Allemagne, pour une réunion qui vise à ouvrir la voie à un accord rapide sur le plan de relance post-convoitise.

«Arriver rapidement à un accord est crucial. À cette fin, et conformément à l'article 324 du traité, j'ai invité David Sassoli, président du Parlement européen, et Angela Merkel, chancelière allemande, en sa qualité de présidence tournante du Conseil (UE), ainsi que Charles Michel, président du Conseil européen. , pour une réunion le 8 juillet, afin de faire le point sur les progrès et de préparer les négociations politiques intenses qui s'annoncent », a déclaré le président de l'exécutif communautaire.

Dans l'après-midi, Merkel participera à un débat au Parlement européen sur le programme de la présidence allemande pour le deuxième semestre, la chancelière ayant déjà supposé à plusieurs reprises que la principale priorité était précisément le plan de relance pour reconstruire l'économie européenne à partir du choc profond provoqué. par la pandémie de Covid-19.

Le 2 juillet, à l'issue d'une réunion par vidéoconférence entre le gouvernement allemand et l'exécutif communautaire, Merkel et Von der Leyen se sont mis d'accord sur les appels à un accord rapide sur le paquet de relance qui permettrait à l'Union européenne de surmonter «la plus grande crise» de votre histoire.

Soulignant comme un grand objectif de la présidence allemande "la sortie de crise", Merkel a défendu la proposition présentée fin mai par la Commission européenne – avec de nombreux traits communs avec une proposition franco-allemande avancée peu de temps auparavant -, d'un fonds de relance de 750 mille millions d'euros (dont les deux tiers seront acheminés vers les États membres au moyen de subventions), associés à un cadre financier pluriannuel pour les sept prochaines années pour un montant de 1,1 milliard d'euros.

Le souhait déclaré des deux est qu'un accord sur le Fonds de relance et le budget de l'Union pour 2021-2027 soit déjà atteint lors du sommet prévu les 17 et 18 juillet à Bruxelles.

Ce Conseil européen fait d'ailleurs l'objet d'un autre débat qui aura lieu au Parlement européen aujourd'hui – en séance plénière entre aujourd'hui et vendredi – avec la participation de Charles Michel et Ursula von der Leyen.

ACC // ANP

Le contenu de Merkel aujourd'hui à Bruxelles pour la rencontre avec les dirigeants et le débat au Parlement européen apparaît d'abord dans Vision.