1-1-e1669908198824-png
39991563_wm-7725841-2839241-jpg

Mauvais temps: les maires de Portalegre demanderont au gouvernement de déclarer une situation de calamité

Contacté par l’agence Lusa, le maire de Monforte, Gonçalo Lagem, a indiqué que cette décision avait été prise après une réunion dans ce village de l’Alentejo avec les maires des quatre autres communes concernées, à laquelle participait également le directeur régional de l’Agriculture de l’Alentejo. .

« Je vais encore parler au ministre de l’Intérieur aujourd’hui [José Luís Carneiro]🇧🇷 Nous allons vous demander de déclarer l’état de calamité pour ces communes, car nous avons un dominateur commun, une pluviométrie extraordinaire, exceptionnelle et supérieure à la moyenne, qui a fait des dégâts », a-t-il déclaré.

Le maire, qui était « chargé de la mission » de transmettre cette décision au Gouvernement, a ajouté que les communes ont décidé d’aller de l’avant avec cette demande car « elles sentent » qu’il y a des « indéfinitions » qui peuvent « s’éterniser dans le temps ». » et à l’avenir « oubli » par les autorités compétentes.

« Il faut intervenir rapidement, car le potentiel productif de l’exploration [neste caso a agricultura] il faut qu’il soit en fonctionnement. Où sont les animaux si les clôtures sont tombées », a-t-il interrogé.

Le maire de Monforte a également indiqué que les dommages causés au secteur agricole de la commune de Monforte avaient déjà été estimés, à « l’ordre de 750 mille euros ».

Gonçalo Lagem a également déclaré qu' »il n’y a pas de chiffre concret » du nombre total d’animaux morts dans ces cinq communes à cause du mauvais temps, ni de montant total calculé des dégâts dans les cinq communes, les communes effectuant toujours une enquête sur la situation en commun des agriculteurs.

« Nous allons demander l’état de calamité pour le secteur agricole et d’autres secteurs car c’est peut-être le moyen le plus agile et le plus efficace de faire face aux dépenses et aux pertes subies par cette région », a-t-il ajouté.

Mercredi, le maire de Fronteira, Rogério Silva, a déclaré à Lusa que les intempéries avaient causé des dégâts « de l’ordre de 18 millions d’euros » dans cette municipalité.

Ce jour-là également, le maire de Monforte a indiqué à Lusa que les dégâts étaient « de l’ordre de six à huit millions d’euros » dans sa commune, sans tenir compte des dégâts subis par le secteur agricole, « le plus touché ».

Dans la série de rondes que Lusa a effectuées mercredi auprès des maires sur une première estimation concernant les valeurs des dégâts, le maire de Sousel, Manuel Valério, a indiqué que les dégâts seraient supérieurs à « trois millions d’euros », alors que le maire de Campo Maior, Luís Rosinha, a estimé les dégâts dans la municipalité à environ « deux millions d’euros ».

Contacté aujourd’hui par Lusa, le maire d’Arronches, João Crespo, a déclaré que seuls les dommages aux infrastructures municipales sont «d’au moins deux millions d’euros», sans tenir compte des dommages dans le secteur agricole.

Selon la Loi fondamentale sur la protection civile, une situation de catastrophe peut être déclarée lorsque, face à des accidents ou catastrophes graves et à leur intensité prévisible, « la nécessité d’adopter des mesures exceptionnelles visant à prévenir, réagir ou rétablir la normalité des conditions de vie dans les zones affectées par ses effets ».

Selon la même loi, une catastrophe est « un accident grave ou une série d’accidents graves susceptibles de causer d’importants dégâts matériels et, à terme, des victimes, affectant intensément les conditions de vie et le tissu socio-économique dans des zones ou sur l’ensemble du territoire national ». .

La Protection civile a enregistré plus de 7 950 événements sur le territoire national, dont 4 841 inondés et 88 déplacés depuis la semaine dernière, lorsque l’instabilité météorologique a commencé.

Dans un rapport de situation fait aujourd’hui à l’agence Lusa, avec des données de 00h00 le 7 à 08h00 aujourd’hui, José Costa, de l’Autorité nationale d’urgence et de protection civile (ANEPC), a déclaré qu’ils étaient impliqués dans les opérations 29 651 actifs opérationnels et 9 803 actifs fonciers.

Les districts les plus touchés étaient Lisbonne, avec 4 281 occurrences, Setúbal (849), Santarém (461), Coimbra (343) et Portalegre (307).

HYT // MLS

Articles récents