Marcelo Rebelo de Sousa s’exprimait lors du vernissage de l’exposition « Maria de Lourdes Pintasilgo. Femme d’un temps nouveau » qui sera jusqu’au 31 août au Musée de la Présidence, au Palácio de Belém, à Lisbonne, et à laquelle l’économiste et ancien coordinateur du Bloc de gauche Francisco Louçã était également présent.

« Nous devons louer le courage du président Ramalho Eanes. (…) C’est autour de profils que l’on discutait du type de Premier ministre le plus adapté au pays. Et le moment vient où le président [Ramalho] Eanes a le courage de choisir une femme, et une femme de rupture. Nous parlons d’une réalité qui a plus de 40 ans, il faut beaucoup de courage », a déclaré Marcelo, qui a estimé que Pintasilgo « n’était pas président [da República] mais c’est presque comme si ça avait été le cas.

Maria de Lourdes Pintasilgo a été la première et la seule femme portugaise à assumer le poste de Premier ministre, lorsqu’elle a dirigé le V gouvernement constitutionnel, entre le 1er août 1979 et le 3 janvier 1980, un exécutif à l’initiative du président de la République de l’époque. , Antonio Ramalho Eanes.

L’exposition, divisée en deux espaces dans le Musée de la Présidence, couvre la vie de Pintasilgo, mettant en lumière sa carrière politique – dans laquelle, par exemple, des autocollants de sa candidature à la présidence de la République en 1986 peuvent être trouvés, avec le slogan « A Courage of Decision », ou encore le manifeste électoral de cette campagne, issu des archives de l’historien José Pacheco Pereira Ephemera.

Des photographies de l’enfance de Pintasilgo, le rôle qu’il a joué dans l’introduction au Portugal du mouvement international des femmes chrétiennes fondé en Hollande, « O Graal », et les œuvres qu’il a écrites ou auxquelles il a collaboré sont quelques-uns des thèmes qui peuvent également être explorés dans cette exposition.

Marcelo Rebelo de Sousa espère qu’il sera possible, de cette manière, d’amener Maria de Lourdes Pintasilgo aux jeunes, afin qu’ils connaissent son chemin.

« Voyons s’il est possible d’amener plus de jeunes à découvrir ce qui est fondamental et ce qui se perd : la découverte du 25 avril, la construction de la démocratie, la découverte des grandes valeurs de la démocratie et cette passion, cet espoir et cette capacité de mobilisation illimitée qu’elle avait », a-t-il déclaré.

Selon Marcelo, Pintasilgo « a arraché sans aucun tic populiste ».

« Parce que chez les populistes c’est formel, c’est plastique. Avec elle ce n’était pas du plastique, elle était tout sauf du plastique. Et en ce sens, c’est un appel à la politique moins plastique, ce qui dans les médias a tendance à être un peu partout dans le monde », a-t-il ajouté.

Née à Abrantes en 1930, Maria de Lourdes Pintasilgo a été secrétaire d’État à la Sécurité sociale du I Gouvernement provisoire, en 1974, et ministre des Affaires sociales des II et III Gouvernements provisoires, en 1974-1975.

En 1986, elle était candidate aux élections présidentielles – dans une course qui comportait Mário Soares (qui finirait par gagner au second tour), Diogo Freitas do Amaral et Francisco Salgado Zenha – ayant obtenu 7,4% des voix. Elle a conduit, en tant qu’indépendante, la liste du PS au Parlement européen, en 1987, et a été députée européenne jusqu’en 1989.

Pintasilgo a été l’une des premières femmes à obtenir un diplôme en génie chimique à l’Instituto Superior Técnico, elle a été la fondatrice, au Portugal, du mouvement religieux Graal, militante pour différentes causes civiques aux niveaux national et international – se positionnant contre l’invasion d’Iraq en 2003 – et ambassadeur du Portugal auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

En 2017, au début de son premier mandat, Marcelo Rebelo de Sousa a décerné à Pintasilgo à titre posthume la Grand-Croix de l’Ordre de la Liberté.

ARYL (IEL) // MAG