« Il est clair que l’avenir existe pour le tourisme et que le tourisme a un avenir. Nous sommes déjà en pleine renaissance du tourisme. Le problème n’est plus de récupérer, comme on l’a dit, c’est de reconstruire », a estimé Marcelo Rebelo de Sousa lors du 32e Congrès national de l’hôtellerie et du tourisme, qui s’est achevé aujourd’hui à Albufeira.

Le chef de l’Etat a donc dévalorisé les analyses comparatives avec le passé, invitant les nombreux acteurs du secteur présents au congrès de l’hôtellerie et du tourisme à se tourner vers l’avenir.

« Peu importe 2019. Je parle encore de 2019, mais pour un petit moment, car ce n’est pas la peine de comparer ce qui s’est passé, et définitivement passé, avec ce que nous construisons », a-t-il justifié.

Marcelo Rebelo de Sousa estime que nous « construisons [um turismo de futuro] à une époque différente, dans un contexte différent, avec des défis différents ».

« Il est agréable de conclure que nous avons déjà dépassé l’investissement de 2019 ou que nous approchons de 2019 à un moment ou à un autre, mais il est beaucoup plus important de regarder les objectifs qui nous attendent dans le futur et les transformations qui nous attendent, certains cycliques d’autres structurels », a-t-il déclaré.

Et pour que l’avenir existe, Marcelo Rebelo de Sousa a évoqué le processus décisionnel concernant le nouvel aéroport de Lisbonne, disant qu’il sait que la contrainte en termes d’infrastructures d’accès aérien dans le Grand Lisbonne est l’un des enjeux qui concernent le « surplus  » secteur.

Le président de la République a donc appelé aujourd’hui à la nécessité d’un « consensus national minimum » sur le nouvel aéroport de Lisbonne, quels que soient les choix faits par les Portugais qui sortent des élections, qualifiant de « médiocre » le report de cette décision.

« Il a été dit [no congresso] la question cruciale de l’accessibilité aérienne dans la relance du tourisme au Portugal. Ce n’est pas un nouveau sujet, avant que la pandémie n’existe, il continue de l’être après la pandémie. Ceux qui pensaient que la pandémie avait reporté ‘sine die’ sont déçus […], qu’il y a tout le temps du monde pour prendre position sur cette question. Il n’y a pas tout le temps dans le monde. S’il y en a, c’est que du temps a été perdu », a commencé par dire aujourd’hui Marcelo Rebelo de Sousa.

« Ce que j’espère, c’est que, quels que soient les choix que les Portugais feront dans environ deux mois et demi [eleições], il est possible d’avoir un consensus national minimum sur ce qui doit être défini » pour le nouvel aéroport, a-t-il également déclaré.

Le président de la République a de nouveau insisté sur la nécessité de prendre une décision sur les futures infrastructures aéroportuaires, rappelant que « quelle que soit la décision, elle vaut mieux qu’une non-décision ».

« Certes, ce qui est médiocre, c’est remettre à plus tard ce qui doit être décidé », a insisté le président de la République.

Le 32e Congrès national de l’hôtellerie et du tourisme, promu par l’Association de la gestion hôtelière du Portugal (AHP) s’est terminé aujourd’hui à Albufeira.

Actuellement, sur la table se trouvent trois hypothèses : l’aéroport Humberto Delgado (principal), avec l’aéroport de Montijo (complémentaire), l’aéroport de Montijo (principal), avec l’aéroport Humberto Delgado (complémentaire) et une infrastructure située dans le champ de tir de Bucket.

Le 18 octobre, le Gouvernement a lancé un appel d’offres public international pour réaliser l’évaluation environnementale stratégique de la future solution aéroportuaire de Lisbonne.

MSF // CSJ

Le contenu que Marcelo considère que le pays est « en pleine renaissance touristique » apparaît d’abord à Visão.