« Il était une fois Jorge Sampaio » rassemble les témoignages de 250 personnalités de la vie publique portugaise, de la politique, de la diplomatie, de la culture ou du sport, de droite et de gauche, et est illustré d’images des plus remarquables photojournalistes portugais qui ont suivi le chemin de la ancien président de la République et leader socialiste décédé le 10 septembre dernier.

Avec le sceau de Tinta da China, le livre a été coordonné par João Bonifácio Serra, Jorge Simões, José Gameiro, José Pedro Castanheira, journaliste et auteur d’une biographie de Sampaio, avec la collaboration de Paulo Petronilho.

Le premier texte est signé des fils de Jorge Sampaio, André et Vera, qui s’adressent à la « personne authentique, qui ne cachait pas les humeurs », mais aussi à « l’homme bon, attentionné et disponible, pour qui l’on comptait avant tout ».

En plus de rassembler les témoignages de tous les présidents vivants, le livre contient des témoignages de l’actuel premier ministre, António Costa, mais aussi des précédents, comme António Guterres, aujourd’hui secrétaire général de l’ONU puis successeur de Sampaio à la direction du PS, et Francisco Pinto Balsemão.

Les anciens chefs de parti Luís Marques Mendes et Manuela Ferreira Leite (PSD), Adriano Moreira (CDS), Carlos Carvalhas (PCP) et Francisco Louçã (BE) figurent également dans l’hommage posthume, qui comprend d’anciens ministres tels que Leonor Beleza, Alberto Martins , António Correia de Campos, Eduardo Ferro Rodrigues, aujourd’hui président de l’Assemblée de la République, Eduardo Marçal Grilo, Elisa Ferreira, Murteira Nabo, João Cravinho, João Soares, José Vera Jardim, Luís Castro Mendes, Luis Valente de Oliveira, Pedro Siza Coquille.

On y trouve aussi des témoignages de personnalités culturelles comme Maria do Céu Guerra, Pedro Abrunhosa, Mário Cláudio, Manuel Alegre, poète et ancien candidat à la présidence de la République, mais aussi de constitutionnalistes comme Jorge Miranda, Gomes Canotilho ou Jorge Reis Novais, qui a été consultant de Sampaio, ou encore de Vasco Lourenço, président de l’Association 25 de Abril, des ambassadeurs Seixas da Costa, Bernardo Futscher Pereira, António Sampaio da Nóvoa (ancien candidat à Belém) ou João de Vallera, du docteur Isabel do Carmo, les banquiers Rui Vilar et Artur Santos Silva, l’ancien procureur général de la République Cunha Rodrigues, l’ancien président des avocats Maria de Jesus Serra Lopes ou l’ancien footballeur de Benfica António Simões.

António Simões se souvient que, alors qu’il était au sommet de sa carrière, il a reçu une offre pour jouer pour le club argentin Boca Juniors et que l’avocat impliqué dans l’affaire était Jorge Sampaio. Mais son Benfica était plus fort et a fini par rester à Benfica. De son amitié avec Jorge Sampaio, António Simões commente : « Seules les 90 minutes de n’importe quel Benfica-Sporting pourraient nous mettre dans des camps opposés… »

Dans les souvenirs « très émouvants » de Jorge Sampaio, Marcelo Rebelo de Sousa raconte qu’en 1962, lors d’un dîner-conversation où l’on discutait de la crise académique, sa mère a souligné le nom de Jorge Sampaio.

« Mon père, qui avait quitté le gouvernement un an plus tôt, est d’accord et évoque l’amitié pour ses parents – qui durera jusqu’à la fin de leur vie – et commente : posez les yeux sur ce garçon. Cela va trop loin. C’est le meilleur d’entre eux », écrit l’actuel Président, concluant : « Je me suis retenu : Dix ans avant le début de la réunion, au déjeuner, Rua Duque de Palmela. Avec l’Expresso devant vous et votre bureau dans le bâtiment d’à côté. C’est ainsi que j’ai rencontré – sans le savoir – Jorge Sampaio ».

Le deuxième « souvenir douloureux » de Marcelo fait référence au mois d’août dernier, lorsque tous deux étaient ensemble en Algarve, lors du dîner habituel à Meia-Praia chez le journaliste José António Lima. « Au départ, après l’avoir serré dans mes bras, j’ai osé le revoir en hiver. Mais pour moi, il était clair que c’était la dernière fois que j’étais avec l’ami. Comme toujours, son regard inoubliable disait tout. À ce moment-là, il me disait au revoir ».

Aníbal Cavaco Silva signale « trois situations » dans lesquelles Jorge Sampaio « s’est placé du côté de l’intérêt national, s’éloignant de la position de personnalités éminentes du Parti socialiste dans des domaines de grande sensibilité politique, évitant de créer des difficultés pour mener à bien les programme » du gouvernement du PSD dirigé par vous.

Et il termine par un emportement : « Comme ce serait bien si les dirigeants politiques d’aujourd’hui pouvaient coopérer dans un même climat de respect mutuel, en faisant passer les intérêts du pays avant les comptes électoraux et la situation actuelle. »

Cavaco commence par rappeler, en novembre 1987, lorsque Sampaio, accompagné du secrétaire général du PS Vitor Constâncio, « a réaffirmé que le Parti socialiste ne soulèverait pas de problèmes constitutionnels avec le projet de loi du gouvernement de privatiser jusqu’à 49 % du capital de entreprises publiques ».

«Deuxièmement, lorsque, venant d’être élu secrétaire général du PS, il m’a assuré qu’il respecterait l’accord politique de révision constitutionnelle que j’avais signé le 14 octobre 1988 avec le Dr. Vitor Constâncio », qui, écrit-il, a conduit le président de l’époque Mário Soares et d’autres socialistes à l’accuser d’avoir fait trop de concessions au Parti social-démocrate, ce qui l’a conduit à démissionner de la direction du parti.

Troisièmement, Cavaco Silva souligne la « position constructive » de Jorge Sampaio « à l’appui » des positions du gouvernement social-démocrate de l’époque dans les négociations sur la révision du traité de la Communauté européenne qui ont conduit à l’approbation du traité de Maastricht » .

Cavaco souligne également le refus de Jorge Sampaio, lorsqu’il était maire de Lisbonne, de « s’aligner sur les critiques de la construction du Centro Cultural de Belém, reconnaissant qu’il s’agissait d’un équipement important pour la ville » et « avec relativement peu d’impact pour le Monastère des Hiéronymites ».

Ramalho Eanes souligne la « vision stratégique » de Jorge Sampaio, en tant que maire de Lisbonne et le « rôle prépondérant » dans la défense des intérêts du Portugal, en tant que président de la République, indiquant le transfert de l’administration de Macao du Portugal à la Chine et le « si difficile l’indépendance du Timor-Leste en 2002 ».

Ce livre est illustré par des images de plus de deux douzaines d’images de photojournalistes tels que Acácio Franco, Alberto Frias, André Kosters, António Cotrim, António Pedro Ferreira, Clara Azevedo, Eduardo Gageiro, Guilherme Venâncio, Homem Cardoso, José Carlos Pratas, José Manuel Ribeiro, José Sena Goulão, , Luís Ramos, Luís Vasconcelos, Luiz Carvalho, Manuel Almeida, Manuel Moura, Mário Cruz, Miguel A. Lopes, Miguel Silva, Nuno Veiga, Paulo Carriço, Paulo Petronilho, Rui Ochoa, Tiago petinga, Tiago Sousa Dias ou Vitor Mota.

JPS // SF

Le contenu Marcelo, Cavaco et Eanes réunis dans un livre en hommage à Jorge Sampaio apparaît d’abord dans Visão.