Après une brève visite dans un centre commercial du centre de Luanda, un déjeuner rapide et une rencontre restreinte avec Mgr Filomeno Vieira Dias, Marcelo Rebelo de Sousa a rencontré cet après-midi l’un des jeunes artistes plasticiens angolais les plus respectés, avec du prestige notamment à Monaco, France et Portugal : Binelde Hyrcan.

Binelde Hyrcan, outre ses peintures et autres créations personnelles, rassemble d’autres jeunes liés à des domaines comme le cinéma, le théâtre ou l’architecture, s’impliquant en équipe dans des projets de réhabilitation des quartiers dégradés de Luanda.

« Il a déjà exposé à Serralves, il est polyvalent (peinture, dessin, installations, opéra, films, documentaires). Il a des idées originales, comme avoir marché de Lisbonne à Paris. Il mobilise un groupe de jeunes pour faire vivre la culture », a souligné le chef de l’Etat à l’issue d’une visite de deux heures, au cours de laquelle il a fini par boire une bière Cuca, d’Angola.

« C’est une bière légère, comme la Laurentina du Mozambique, ou certaines du Brésil », a-t-il loué.

Mais Marcelo Rebelo de Sousa a surtout salué l’idée de ce groupe de jeunes, porté par Binelde Hyrcan, de réhabilitation urbaine des vieux quartiers de la capitale angolaise, « rassemblant de nouvelles réalités ».

« Nous avons affaire à un animateur culturel, ainsi qu’à un créateur culturel, qui a longtemps vécu à Monaco. Il montre une génération différente recréant l’Angola et Luanda. C’est ce qu’ils font », a souligné le chef de l’Etat.

Après avoir visité le studio et avant de rencontrer les chefs d’État de Guinée-Bissau et de São Tomé et Príncipe, Marcelo Rebelo de Sousa a encore trouvé le temps de se rendre sur une plage de l’Ilha de Luanda, qui était déserte en raison des restrictions imposées par l’Angolais. autorités pour lutter contre la pandémie de covid-19.

Le président de la République a marché à vive allure le long de la longue plage de sable, en costume-cravate, avec une partie de la délégation officielle portugaise, des journalistes, des agents de sécurité et des policiers angolais qui couraient derrière lui.

Il s’est approché si près de la mer qu’une vague est venue mouiller ses chaussures. Rien qui l’avait dérangé.

Le président de la République a promis de revenir le 6 janvier pour le mariage du jeune artiste angolais. A cette époque, il envisage de se baigner dans la mer sur l’Ilha de Luanda. Pour l’instant, la plongée est interdite.

FAQ // LCA

Le contenu de Marcelo à Luanda en faveur de la création de la jeune génération d’artistes angolais apparaît d’abord dans Visão.