Un projet visant à transformer le site de beauté de Ribeira do Cadoiço à Loulé en «parc urbain et agricole» et à créer un «couloir vert» permettant de marcher ou de faire du vélo entre Loulé et Quarteira a récemment fait son premier pas.

Menée par l’association environnementale Almargem et soutenue par le Conseil de Loulé, l’initiative consistait à éliminer les espèces envahissantes, à planter de la végétation indigène, à installer des nichoirs à oiseaux, à insectes et à chauves-souris et à «stabiliser» les rives du cours d’eau Cadoiço grâce à ce qu’ils appellent «l’ingénierie naturelle».

Le projet, intitulé Cadoiço Vivo (Cadoiço Alive), est considéré comme la clé des projets de création d’un parc urbain et agricole.

«Le ruisseau Cadoiço est l’épine dorsale de ce parc», a déclaré Heloísa Madeira, conseillère locale chargée de l’urbanisme, à l’agence de presse Lusa.

Le plan est de créer ce que le conseil appelle un «couloir vert de 54 hectares» qui permettra aux résidents et aux visiteurs d’en faire l’expérience de manière durable – à pied ou à vélo.

Le projet est encore à un stade très précoce, a déclaré Madère, l’accent étant actuellement mis sur le changement du statut des zones humides d’Almargem-Trafal en «paysage localement protégé».

Le conseiller a déclaré que le développement de ces projets n’est «possible qu’avec la collaboration d’associations environnementales» et a ajouté qu’il est «essentiel d’impliquer la communauté scolaire», en faisant la promotion des bienfaits de la vie en plein air.

Les travaux – qui ont eu lieu le long du ruisseau de 800 mètres, depuis sa cascade emblématique près d’une station-service à la sortie sud de la ville vers Parrela – ont duré quatre mois et ont impliqué des «interventions délicates» dans certaines zones, y compris un terrain récemment acheté par le conseil où le ruisseau est «très proche» de plusieurs villas.

«Nous avons planté de nombreuses espèces dont nous savons qu’elles sont adéquates, non seulement pour la renaturalisation du ruisseau, mais aussi pour stabiliser les berges du ruisseau», a déclaré à l’agence de presse Lusa André Pinheiro, le coordinateur du projet.

Selon Pinheiro, les travaux se sont concentrés sur l’utilisation de plantes et d’arbres et d’autres «matériaux de construction» pour stabiliser certaines zones et «prévenir l’érosion».

Ceci est particulièrement visible près du pont d’Álamos, où des pierres et des troncs d’arbres ont été utilisés pour renforcer les berges du ruisseau, une nouvelle végétation a été plantée et même un «hôtel à insectes» (une structure conçue pour abriter les insectes) a été mis en place.

Plusieurs structures similaires pour les oiseaux et les chauves-souris ont également été installées dans des «zones stratégiques» dans le but de ramener la faune à Ribeira do Cadoiço et d’éduquer les jeunes générations.

M. Pinheiro espère que les enfants apprendront «l’importance de protéger la diversité animale en visitant les zones qui ont été réhabilitées et en accompagnant son évolution au cours des prochains mois, ce qui, nous l’espérons, sera assez rapide».

Alors que le ruisseau n’est «pas très connu, même parmi les habitants de Loulé», Pinheiro a déclaré qu’il était vital pour la faune et la flore locales car l’eau coule toujours, même lorsque les autres cours d’eau ont tendance à se dessécher.

Explique Lusa, le ruisseau s’étend à travers une «zone historiquement agricole» où la nourriture était autrefois cultivée pour approvisionner la ville.

michael.bruxo@algarveresident.com