"Sur le marché portugais de l'investissement, le premier semestre 2020 représente un total d'environ 1,7 milliard d'euros, dont 94% concernent des transactions clôturées au cours du premier trimestre", a déclaré Savills dans un communiqué. .

Selon le consultant immobilier, rien qu'au cours des trois premiers mois de l'année, il y a eu 1,5 milliard d'euros d'investissement total exceptionnel, soit près de la moitié du volume d'investissement de 2018 et 2019.

Cette évolution se justifie par la conclusion de transactions majeures dans les segments de la vente au détail, des bureaux et de l'hôtellerie.

Ainsi, «par rapport au premier trimestre 2020, le marché a enregistré une très forte baisse de 87% et par rapport à la même période de 2019 la baisse était de 16%», a-t-il précisé.

Cité dans le même document, le «chef de pays» de Savills Portugal, Paulo Silva, a noté que la pandémie avait un «impact très significatif sur le marché immobilier», en particulier dans les secteurs du commerce de détail et de l’hôtellerie.

"Malgré l'incertitude sur une éventuelle seconde vague et sa maîtrise, il existe une dynamique importante en termes d'actifs promotionnels qui souligne la confiance des investisseurs sur le moyen / long terme", a-t-il ajouté.

De janvier à juin, 25 transactions ont été réalisées, dont 5 correspondent à la vente de portefeuilles de bureaux, commerces et hôtels pour un total de plus de 1,2 milliard d'euros, soit 81% du volume total des investissements au premier semestre.

Cependant, par rapport aux six premiers mois de 2019, le nombre de transactions conclues a chuté de 19%.

Le consultant a également souligné que les capitaux étrangers «continuent d'être dominants» sur le marché portugais, représentant 76% des opérations clôturées, les investisseurs américains étant en tête en termes de volume le plus important de capitaux investis.

"Avec la pandémie atteignant le Portugal à la fin du mois de mars, le rythme de l'activité sur le marché des bureaux a montré des signes de ralentissement significatif", a-t-il déclaré.

Jusqu'en mars, le marché des bureaux à Lisbonne a perdu 24% par rapport à l'année précédente, et le volume d'occupation s'est établi à 43934 mètres carrés (m2) avec la fermeture des opérations dont les processus étaient déjà en cours depuis 2019.

Sur le marché de Porto, le volume d'absorption a augmenté de 38% avec «un début d'année très positif».

Par secteur, le commerce de détail a été le plus touché par le nouveau coronavirus conduisant à «une baisse significative des prix», tandis que «en ligne» a progressé favorisé par le confinement.

Entre janvier et mars, le volume d'absorption de ce segment s'est élevé à 139 519 mètres carrés (m2), dont 81% correspondent à des renouvellements de contrats et 16% à de nouveaux contrats.

«L'augmentation de la consommation de produits par voie numérique est venue tester l'adaptabilité et la réponse des entreprises et des opérateurs logistiques à cette nouvelle réalité, obligeant les détaillants et les industriels à faire des ajustements à l'activité», a estimé, cité dans le même document, le directeur de la distribution de Savills Portugal, Cristina Cristóvão.

L’impact du commerce «en ligne» pourrait entraîner une réduction de la superficie des magasins physiques et une augmentation de la demande pour des zones de stockage plus grandes, a estimé le consultant.

À son tour, au cours de la période sous revue, le secteur résidentiel a subi une baisse de 24% au Portugal continental, avec des prix en baisse de 8% en moyenne.

Cependant, l'assouplissement des restrictions imposées pendant la quarantaine s'est traduit par une augmentation, en mai et juin, de 0,8% des prix sur ce marché et de 11% du volume des ventes.

«Le maintien des taux d'intérêt à des niveaux très bas et la forte disponibilité des capitaux continueront de favoriser l'investissement en actifs immobiliers. L’impact de la pandémie aura une influence directe sur les actifs immobiliers », a conclu Alexandra Portugal Gomes,« associée aux études de marché »de Savills Portugal.

Le «Global Market Sentiment» de Savills s'est tenu sur 33 marchés entre le 3 et le 5 juin.

PE // EA

Le contenu de l'investissement immobilier baisse de 16% à 1,7 mille ME au 1er semestre – le consultant apparaît en premier à Visão.