L’INEM a assuré aujourd’hui avoir cherché à maintenir le fonctionnement des Véhicules Médicaux d’Urgence et de Réanimation (VMER) proche de 100%, ajoutant que jusqu’en mai les 44 véhicules affectés aux hôpitaux avaient un taux de 98,3%.

L’Institut national des urgences médicales (INEM) ajoute, dans un communiqué, que le taux de fonctionnement de ces véhicules était de 98,2% l’an dernier.

L’information de l’INEM intervient après que le Centro Hospitalar Universitário Cova da Beira (CHUCB) a confirmé aujourd’hui avoir enregistré des «contraintes sporadiques» dans les barèmes du véhicule médical d’urgence et de réanimation (VMER), assurant toutefois que la réponse n’est pas en jeu .la population.

En mai, le Syndicat indépendant des médecins (SIM) s’était également inquiété de la difficulté de faire des escales pour les équipes VMER, notant à l’époque qu’en moyenne, « un jour par semaine il n’y a pas de VMER simultanément à Guarda, Covilhã et Castelo White « .

Dans les informations diffusées aujourd’hui, l’INEM précise que « depuis 2011, date à laquelle le VMER a commencé à être intégré aux Services d’urgence, il y a eu une évolution très importante dans l’opérationnalité de ces moyens, avec un taux d’opération toujours supérieur à 98 % depuis 2015, ce qui se compare à un taux de 93,1 % en 2011, les périodes d’indisponibilité étant résiduelles et résultant normalement d’empêchements imprévus ».

L’INEM souligne également qu' »environ la moitié des VMER enregistrent 0% d’inopérabilité faute d’équipage ».

« Bien qu’il incombe aux hôpitaux de garantir le fonctionnement de ces moyens médicaux d’urgence, à savoir leur offre de professionnels médicaux et infirmiers, l’INEM a renforcé la formation VMER, avec un accent particulier sur les cours destinés aux médecins », ajoute-t-il.

Selon l’INEM, au cours des cinq dernières années, 65 actions de formation ont été menées au niveau national, ayant formé plus de 800 médecins et environ deux cents infirmières, et « seulement en 2022, l’INEM a déjà réalisé neuf cours VMER », dans lesquels il a formé 105 médecins et 18 infirmières.

Selon cet organisme relevant du ministère de la Santé, « cinq cours supplémentaires sont déjà programmés d’ici la fin de l’année ».

« Chaque année, les centres de formation INEM organisent plusieurs cours pour renforcer les agents VMER, en donnant la priorité aux professionnels des hôpitaux où il y a plus de difficultés à assurer l’ampleur du service. À cette fin, les hôpitaux doivent signaler à l’INEM les médecins et infirmières qui suivront la formation susmentionnée, afin de permettre à ces professionnels d’équiper les VMER », indique le communiqué.

L’INEM est l’organisme du ministère de la Santé chargé de coordonner le fonctionnement au Portugal continental d’un système intégré d’urgence médicale.

ARA // JMR