Selon la Fédération des syndicats des transports et des communications (Fectrans), la grève affecte les liaisons entre Lisbonne et Cacilhas (dans la municipalité d’Almada), Seixal, Montijo et Trafaria (Almada), dans le district de Setúbal, et constitue « une lutte pour de meilleurs salaires » et des services ».

« Du 8 août au 19 du même mois, les travailleurs mèneront des grèves partielles dans chaque quart de travail, en raison du fait que l’administration/le gouvernement n’a pas entamé un processus de négociation efficace, afin de discuter des revendications syndicales, dont, en plus de l’augmentation des salaires, il y a l’amélioration de la fonction publique », explique la fédération dans un communiqué publié sur son site internet.

Selon la structure syndicale, la direction de Transtejo publie chaque jour des avis de suppression de carrières « en raison de contraintes techniques dans la flotte », une situation qui, selon la Fectrans, s’aggravera dans les prochains jours en raison de la lutte partielle des travailleurs de l’entreprise.

« Résoudre les problèmes dans cette entreprise et dans d’autres entreprises publiques est un choix politique entre faire les investissements nécessaires pour valoriser les travailleurs et les retenir, ou choisir de répondre aux demandes des groupes économiques/financiers, au détriment des travailleurs et de la fonction publique », considère .

La Fectrans prône qu’ « il n’y a conflit de travail que parce que l’administration/Gouvernement opte pour le silence et l’ignorance des protestations des travailleurs et des usagers ».

L’entreprise a, pour sa part, publié sur son site Internet des informations sur des interruptions de service du 8 au 12 août provoquées par la grève partielle et une grève des heures supplémentaires, appelées par les organisations syndicales représentatives des travailleurs.

Dans les avis, le transporteur donne une indication des itinéraires prévus pour chacune des liaisons entre les deux rives, c’est-à-dire entre Lisbonne et Cacilhas, Seixal, Montijo et Trafaria.

En ce qui concerne la liaison entre Cacilhas et Lisbonne (Cais do Sodré), Transtejo ajoute que, afin de minimiser l’impact des annulations et des retards de lignes, certains navires commencent leur voyage dès que la capacité maximale de passagers est atteinte, quel que soit le l’heure prévue.

À son tour, en ce qui concerne les liens entre Cais do Sodré et Seixal et Montijo, l’entreprise explique que la réalisation, ou non, des carrières dépend de l’adhésion à la grève.

Pendant les temps d’arrêt, les terminaux sont fermés pour des raisons de sécurité.

Les interruptions de service prévues pour la période du 16 au 19 août seront annoncées au cours de la semaine prochaine.

Il en va de même pour la liaison entre Trafaria/Porto Brandão (Almada) et Belém (Lisbonne).

Transtejo est chargé de relier Seixal, Montijo, Cacilhas et Trafaria/Porto Brandão, tandis que Soflusa effectue la traversée entre Barreiro et Terreiro do Paço, à Lisbonne, qui est la seule liaison sans contraintes prévues.

GC // ROC

Selon la Fédération des syndicats des transports et des communications (Fectrans), la grève affecte les liaisons entre Lisbonne et Cacilhas (dans la municipalité d’Almada), Seixal, Montijo et Trafaria (Almada), dans le district de Setúbal, et constitue « une lutte pour de meilleurs salaires » et des services ».

« Du 8 août au 19 du même mois, les travailleurs mèneront des grèves partielles dans chaque quart de travail, en raison du fait que l’administration/le gouvernement n’a pas entamé un processus de négociation efficace, afin de discuter des revendications syndicales, dont, en plus de l’augmentation des salaires, il y a l’amélioration de la fonction publique », explique la fédération dans un communiqué publié sur son site internet.

Selon la structure syndicale, la direction de Transtejo publie chaque jour des avis de suppression de carrières « en raison de contraintes techniques dans la flotte », une situation qui, selon la Fectrans, s’aggravera dans les prochains jours en raison de la lutte partielle des travailleurs de l’entreprise.

« Résoudre les problèmes dans cette entreprise et dans d’autres entreprises publiques est un choix politique entre faire les investissements nécessaires pour valoriser les travailleurs et les retenir, ou choisir de répondre aux demandes des groupes économiques/financiers, au détriment des travailleurs et de la fonction publique », considère .

La Fectrans prône qu’ « il n’y a conflit de travail que parce que l’administration/Gouvernement opte pour le silence et l’ignorance des protestations des travailleurs et des usagers ».

L’entreprise a, pour sa part, publié sur son site Internet des informations sur des interruptions de service du 8 au 12 août provoquées par la grève partielle et une grève des heures supplémentaires, appelées par les organisations syndicales représentatives des travailleurs.

Dans les avis, le transporteur donne une indication des itinéraires prévus pour chacune des liaisons entre les deux rives, c’est-à-dire entre Lisbonne et Cacilhas, Seixal, Montijo et Trafaria.

En ce qui concerne la liaison entre Cacilhas et Lisbonne (Cais do Sodré), Transtejo ajoute que, afin de minimiser l’impact des annulations et des retards de lignes, certains navires commencent leur voyage dès que la capacité maximale de passagers est atteinte, quel que soit le l’heure prévue.

À son tour, en ce qui concerne les liens entre Cais do Sodré et Seixal et Montijo, l’entreprise explique que la réalisation, ou non, des carrières dépend de l’adhésion à la grève.

Pendant les temps d’arrêt, les terminaux sont fermés pour des raisons de sécurité.

Les interruptions de service prévues pour la période du 16 au 19 août seront annoncées au cours de la semaine prochaine.

Il en va de même pour la liaison entre Trafaria/Porto Brandão (Almada) et Belém (Lisbonne).

Transtejo est chargé de relier Seixal, Montijo, Cacilhas et Trafaria/Porto Brandão, tandis que Soflusa effectue la traversée entre Barreiro et Terreiro do Paço, à Lisbonne, qui est la seule liaison sans contraintes prévues.

GC // ROC