Nathalie da Conceição Carvalho fait partie de la vague de près de 90 députés de l’Union nationale de Marine Le Pen qui ont remporté un siège au Parlement. Cette franco-portugaise a été élue en région parisienne, dans l’Essone, emportant le candidat de la coalition de gauche.

En 2017, Nathalie da Conceição Carvalho avait déjà été candidate dans une autre circonscription de l’Essone, faute d’avoir été élue à cette époque. Cette femme franco-portugaise se qualifie de « patriote », selon « Le Parisien » et est une femme d’affaires dans le domaine de l’événementiel, n’ayant jusqu’ici exercé aucune fonction politique.

Pour Emmanuel Fernandes, c’est aussi une première à l’Assemblée nationale. Le député de la coalition de gauche Nova União Popular Ecologist e Social (Nupes) l’a emporté dans sa circonscription de Strasbourg, au terme d’une nuit riche en émotions au cours de laquelle son adversaire a été déclaré vainqueur.

Dans un entretien à l’agence Lusa, Emmanuel Fernandes a déclaré avant son élection qu’il y a « une urgence sociale » en France.

Egalement à gauche, et insérée aux Nupes, Christine Pires Beaune a été réélue, dans la région du Puy de Dôme. Cette députée socialiste d’origine portugaise accomplira ainsi son troisième mandat à l’Assemblée nationale.

Ludovic Mendes, député de la République en Marche, parti du président Emmanuel Macron, a également été réélu. Ludovic Mendes l’a emporté dans sa circonscription de Moselle, le député de 35 ans entamant désormais son second mandat.

Autre personnalité franco-portugaise qui a renouvelé son mandat, Dominique da Silva, également candidat à la República em Marcha. Le député du Val d’Oise est passé en deuxième position au premier tour, mais a remporté son siège dimanche en recueillant 50,4% des suffrages.

Élu pour la première fois, Antoine Vermorel-Marques n’est pas portugais, mais marié à une Portugaise, ayant adopté le nom de sa femme, chose courante chez les couples français. Ce nouveau député de la droite française a été élu dans la région de la Loire et a battu en mars le candidat de la République.

Le président Emmanuel Macron a perdu dimanche sa majorité parlementaire à l’Assemblée nationale, après avoir élu 245 députés. La coalition Nupes a remporté la deuxième place avec 131 députés, et on ne sait pas quelle configuration elle adoptera au Parlement. L’Union nationale, de Marine Le Pen, est sortie vainqueur de la soirée, parvenant à faire élire 89 députés, multipliant par 11 le nombre de députés élus en 2017.

CYF // MV