L’état de calamité dans 19 paroisses du Grand Lisbonne doit être levé jeudi – et passera à «l’état de contingence» plus détendu actuellement en vigueur dans la région métropolitaine de la capitale.

Eduardo Cabrita, ministre de l'Administration interne, a déclaré qu'il n'y avait plus aucune raison de faire la différence entre ces paroisses et les autres autour d'elles car les cas du virus ont montré un «niveau de stabilisation très important».

Cela signifie toujours que les zones autour de Lisbonne sont les plus touchées au Portugal. Le reste du pays reste sous l’état d’alerte «plus doux».

M. Cabrita «a souligné que les indicateurs d'évolution de Covid-19 sont toujours meilleurs que ceux de l'Espagne mais n'invalident pas la nécessité de restrictions», explique Jornal Económico.

«Nous ne pouvons baisser la garde face à cette approche très intense et coordonnée entre l'administration centrale et les municipalités. Nous voulons garantir un mois d'août avec une santé et une sécurité qui nous permette de protéger le retour à l'activité, en particulier la réouverture des écoles », a-t-il déclaré.

Bizarrement cependant, la Galice espagnole, juste au-dessus de la frontière nord du Portugal, a mis le Portugal sur sa liste des «pays les plus à risque».

Les ressortissants portugais qui traversent la frontière disposent désormais de 24 heures pour enregistrer leurs données personnelles auprès des autorités de Galice.

La décision implique également de demander aux personnes entrant dans la province de «divers pays européens, africains, asiatiques, américains et espagnols de cinq régions autonomes d'Espagne» de faire de même – l'idée étant d'éviter de nouvelles flambées de Covid-19 qui ont récemment vu 70 000 personnes. retourné au verrouillage en Galice.

natasha.donn@algarveresident.com