Criant «le public appartient à tout le monde, le privé n'appartient qu'à quelques-uns», les participants à l'action «Plus de transports pour les usagers, fin du« licenciement des travailleurs »se sont réunis, vers 17h30, sur la Rua Borges Carneiro, où ils ont affiché des affiches avec la phrase: «Le pays a besoin de plus de transports routiers de voyageurs, pas de licenciements».

S'adressant à l'agence de Lusa, le secrétaire général de la CGTP a jugé «inacceptable» que les entreprises maintiennent le «licenciement», dénonçant la situation des transports publics, notamment dans les grandes agglomérations, mais aussi dans d'autres régions du pays.

«Avec la reprise, ils restent en« licenciement », ce que nous considérons comme totalement inacceptable, car non seulement ces entreprises de grands groupes économiques et elles font que les travailleurs qui sont en« licenciement »ont une coupe de un tiers des salaires, car ils ne garantissent pas un approvisionnement suffisant pour pouvoir respecter les règles de la direction générale de la santé en matière d'occupation des transports publics », a expliqué Isabel Camarinha.

Pour le leader d'Intersindical, les entreprises et le gouvernement doivent garantir la sécurité des transports, en raison du contexte pandémique de covid-19.

«Nous devons nous assurer que ce service public doit être fourni (…). Nous l'avons détecté dès le début, les travailleurs se déplaçant dans des bus pleins, dans des trains pleins. Ce n'est pas possible, car la santé n'est pas garantie et c'est un danger pour eux-mêmes et pour l'ensemble de la communauté », a-t-il souligné.

Soulignant la diminution de l'offre de transport, Isabel Camarinha a rappelé que les entreprises doivent «mettre les travailleurs au travail».

"Il y a des entreprises de ces entreprises privées dans le secteur routier qui ont une partie – et il y a des milliers – de travailleurs en" licenciements "et d'autres qui font un travail extraordinaire", a accusé le dirigeant syndical.

Dans la même optique, le coordinateur de la Fédération des syndicats des transports et des communications (Fectrans) a déclaré que le gouvernement doit obliger les entreprises à reprendre leur activité normale.

"Le gouvernement doit avoir un slogan, il doit avoir le pouvoir d'obliger ces entreprises à fonctionner et à rétablir leur activité, parce que c'est de cela qu'il s'agit, car sinon nous continuons d'avoir une situation contagieuse", a souligné José Manuel Oliveira .

Selon le responsable, les gens montent dans des trains, des bus et des bateaux surpeuplés.

Révélant qu'il y a environ cinq mille travailleurs licenciés à travers le pays, José Manuel Oliveira a estimé que les entreprises privées ne pouvaient pas «générer des bénéfices pour les groupes économiques», faisant référence «elles ne peuvent pas – dans une situation de crise – transférer tous les coûts de l'argent public pour les travailleurs ».

A Lusa, le coordinateur de Fectrans a également souligné qu'il fallait redonner confiance à la population, obligeant les gens à retourner dans les transports publics.

"Si cette confiance ne commence pas à être accordée à la population, tout cet effort qui a été fait ces derniers temps pour amener les gens dans les transports publics sera annulé et il faudra beaucoup de temps pour récupérer l'ensemble des mesures et le pays perdra" , a conclu.

JML // JNM