Les travailleurs de la restauration de la capitale portugaise ont contesté samedi les nouvelles mesures du gouvernement pour freiner la propagation du COVID-19, appelant les citoyens à désobéir à la séquestration et à se joindre aux manifestations.

Environ 200 personnes se sont rassemblées samedi sur la place Rossio au centre-ville de Lisbonne, selon les médias locaux.

La manifestation fait partie du mouvement «Pain et Eau» dirigé par le chef Ljubomir Stanisic, qui a également organisé vendredi une manifestation dans la ville nord de Porto, qui a vu des affrontements avec la police.

Les manifestants demandent au gouvernement de lever son interdiction de fermer les restaurants et le commerce à 13 heures et d'accorder plus d'aide financière au secteur.

Le Premier ministre portugais a appelé samedi la plupart des citoyens à rester chez eux ce week-end et le prochain, affirmant qu'il était vital de lutter contre la propagation du COVID-19.

Les restaurants ne peuvent avoir que des livraisons à domicile, tandis que les pharmacies, cliniques, vétérinaires et établissements vendant de la nourriture, les stations-service et les salons funéraires sont autorisés à rester ouverts.

Le soutien mis à disposition ou annoncé pour la restauration à la suite de la crise provoquée par la pandémie s'est élevé à 1103 millions d'euros, soit environ 60% de la baisse des bénéfices enregistrée par le secteur, a déclaré samedi le ministre portugais de l'Economie lors d'une conférence de presse à Lisbonne. .

Le chef Stanisic a toutefois déclaré que le soutien du gouvernement à l’industrie de la restauration était insuffisant, soulignant qu’un grand nombre de restaurants feraient faillite.

Le Portugal a vu vendredi le nombre d'infections à coronavirus confirmées atteindre un niveau record, avec plus de 200000 cas. Depuis le début de la pandémie, le pays a signalé 3 250 décès et 204 664 cas d'infections.