Les urgentistes pré-hospitaliers seront en grève le 22, pour réclamer une révision de leur carrière et de meilleures conditions de travail, jour pour lequel ils ont également programmé une manifestation à Lisbonne.

S’adressant à l’agence Lusa, le président du Syndicat des techniciens d’urgence pré-hospitaliers (STEPH), Rui Lázaro, a expliqué que les raisons sont celles qui ont été revendiquées par la structure syndicale et qui restent sans réponse « , malgré la réunion de juillet où des engagements ont été pris. » par la tutelle.

« Nous n’avons toujours pas de date pour démarrer le processus de révision de carrière, ce qui a posé des problèmes à l’urgence médicale, et notre taux d’abandon élevé se manifeste dans le concours qui se déroule et dont les candidats représentent déjà un quart des postes vacants », a déclaré le officiel, ajoutant : « Cela prouve à lui seul la faible attractivité de la carrière et le besoin de révision ».

Dans le préavis de grève délivré par la STEPH, auquel Lusa a eu accès, la structure syndicale met également l’accent sur la Convention Collective Spéciale Carrière, rappelant que le processus de négociation conclu en 2018, qui a permis « de simplifier les processus et procédures de l’INEM dans la gestion de la Spécialité de la TEPH Carrière, en plus de permettre un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale », trois ans plus tard, il est toujours à paraître.

Outre cette convention collective, le syndicat pointe la persécution des travailleurs, la formation des techniciens – « qui devrait prendre six mois et après cinq ans est toujours inachevée » – et l’équipement des ambulances.

L’INEM « n’a pas su répondre aux besoins de l’Institut, ce qui s’est aussi traduit par une dégradation constante des conditions de travail des TEPH », précise l’avis, rappelant le « flotte d’ambulances vieillissante, très chère. Compter l’âge et le kilométrage observé (beaucoup plus de 300 000 km) ». Il dit également que ces véhicules, faute de leurs propres espaces physiques, sont souvent garés dans des garages insalubres.

Les conditions de travail des Centres d’Orientation Urgente des Patients (CODU), qui selon le syndicat « travaillent dans des conditions médiocres en ce qui concerne l’éclairage, l’insonorisation, l’ergonomie, la climatisation et les équipements », et la non acquisition d’uniformes et d’équipements de protection individuelle » de qualité et en nombre suffisant » sont d’autres raisons évoquées.

« Trois mois après la rencontre avec la secrétaire d’État, il n’y a pas eu une seule solution, une seule réponse qui nous a été présentée, donc, nous n’avons d’autre alternative que de durcir nos démarches revendicatives », estime le président de STEPH.

Dans le préavis de grève, STEPH demande la « responsabilité des dirigeants pour les différentes illégalités commises », rappelant notamment la vaccination contre le covid-19.

« Le fait qu’il appartienne à l’IGAS et au Parquet de déterminer les éventuelles responsabilités civiles, disciplinaires et pénales, ne dispense pas le Ministère de la Santé, ni le Gouvernement, de déterminer les responsabilités politiques et d’en promouvoir les conséquences respectives pour celles-ci, donc de toute évidence, a remis en cause les efforts de tous les citoyens, du gouvernement et d’un pays, qui se mettent quotidiennement en quatre pour surmonter au plus vite l’état pandémique que nous vivons », affirme le syndicat.

« Des irrégularités se sont produites dans toutes les délégations et la révocation du chef de la délégation régionale du Nord n’exonère pas le conseil d’administration, les autres administrateurs et autres professionnels impliqués dans les processus », ajoute-t-il.

Pour la grève, qui commence à 00h00 le 22 et se termine à 24h00 le même jour, des services minimaux sont prévus.

« Les services minimaux indiqués sont exactement les mêmes que ceux que nous avons proposés et qui ont été acceptés lors de la dernière grève partielle de deux heures que nous avons menée récemment », a expliqué Rui Lázaro, ajoutant que le syndicat participera aujourd’hui à une réunion avec l’INEM le cette affaire.

« L’INEM a l’intention de transformer les services minimaux en services maximaux, probablement déjà un peu effrayés par l’impact que la grève pourrait avoir, en raison du niveau élevé de protestation », a déclaré Rui Lázaro.

SO // SB

Le contenu Les secouristes préhospitaliers en grève le 22 avec une manifestation à Lisbonne apparaît d’abord à Visão.