Plusieurs syndicats représentant les travailleurs du SPdH / Groundforce, qui ont rencontré aujourd’hui le gouvernement, demandent à la tutelle une solution «à court terme» pour le paiement des arriérés de salaire, mais aussi pour les mois à venir.

Dans une déclaration, le Syndicat des industries métallurgiques et connexes (SIMA), le Syndicat national des travailleurs de l’aviation civile (SINTAC), le Syndicat des travailleurs de l’aviation et des aéroports (SITAVA), le Syndicat du personnel de l’aviation commerciale (SQAC) et le Syndicat des Les techniciens de manutention d’aéroport (STHA) ont rendu compte des résultats de la réunion, avec le ministre de l’Infrastructure et du Logement, Pedro Nuno Santos, «concernant la grave situation au SPdH / Groundforce».

«Ces syndicats ont exhorté le gouvernement à prendre des mesures à effet immédiat qui nous permettront de faire face non seulement à la question salariale, mais aussi à court terme, lire les prochains mois», selon la même note, qui ajoute que la tutelle « ne doit exclure aucune solution, comme cela s’est produit avec plusieurs entreprises jugées stratégiques et nécessaires à l’économie nationale ».

«Nous rappelons que SPdH / Groundforce est une société stratégique pour TAP et pour le pays, chargée de l’assistance au sol des principales compagnies aériennes opérant au Portugal», soulignent-ils, garantissant que le groupe «n’a pas de dette bancaire, ni aucun passif et donc , viable et durable, qui ne peut être pris en otage d’intérêts particuliers qui mettent en péril sa viabilité et les quelque 2 400 emplois ».

Les syndicats espèrent «que dans les prochaines heures chacun assumera ses responsabilités et contribuera à la solution, dès le départ le paiement des salaires», sans «perpétuer une situation inévitable qui compromet les travailleurs» et l’entreprise.

Lusa a contacté le ministère, qui a refusé de commenter la réunion.

Le président du conseil d’administration de Groundforce et propriétaire de Pasogal, actionnaire majoritaire de la société de manutention (assistance en escale dans les aéroports), a appelé aujourd’hui au «dialogue» afin de «trouver une solution» pour surmonter la situation financière difficile où il est.

«J’appelle tous ceux qui sont impliqués au dialogue afin que nous puissions mettre rapidement un terme à ce climat d’incertitude et, en ce sens, je viens de demander une audition urgente du ministre de l’Infrastructure et du Logement, ainsi que des groupes parlementaires en l’Assemblée de la République », a déclaré Alfredo Casimiro dans un communiqué.

«Pour procéder au paiement des salaires de février, Groundforce a demandé le paiement anticipé, en partie ou en totalité, des factures émises à TAP pour les prestations fournies en décembre 2020 et janvier 2021 et qui totalisent six millions d’euros. La réponse que nous avons reçue nous est incompréhensible, et nous avons des raisons de la croire aussi illégale: la remise en garantie du nantissement des actions d’un actionnaire (Pasogal) à un autre actionnaire (TAP) », soutient-il.

A cette proposition de TAP, Alfredo Casimiro dit avoir fait «une contre-offre acceptable et proportionnée, afin de donner du réconfort à TAP par rapport aux avancées faites à Groundforce»: Donner en garantie la totalité des équipements de soutien de l’entreprise à l’aéroport opération comme garantie.

Comme le rapporte l’agence Lusa aujourd’hui, la direction de TAP a proposé à SPdH / Groundforce l’octroi d’une avance de 2,05 millions d’euros, pour le paiement des salaires et des dettes envers les fournisseurs, exigeant en contrepartie une prise de participation de 50,1% de Pasogal dans l’entreprise de «  manutention  ».

Dans une lettre envoyée vendredi dernier à la direction de Groundforce, à laquelle l’agence Lusa a eu accès aujourd’hui, TAP propose la «célébration de [um] contrat de promesse de gage de Pasogal, au profit de TAP, sur les actions représentatives du capital social de SPdH détenues par elle (à concurrence de la totalité de ces actions et, en tout état de cause, à des conditions permettant d’accéder à une position de contrôle dans SPdH avec l’exécution engagement) « .

En réponse à cette proposition, et comme Lusa l’a également rapporté aujourd’hui, la direction de Groundforce a refusé de donner en garantie des avances demandées à TAP le gage de la participation de 50,1% de Pasogal dans la société, contre la proposition de présenter «des actifs qui représentent l’ensemble des vos dettes ».

«La SPdH est en mesure de fournir au Groupe TAP une garantie sur ses équipements (biens mobiliers) à concurrence de la valeur des avances déjà effectuées, y compris la dernière avance, donc si celle-ci est acceptée par TAP, les modalités de l’effet , affirment les présidents du conseil d’administration et du comité exécutif, respectivement, Alfredo Casimiro et Paulo Neto Leite, dans une lettre envoyée lundi à la direction de TAP.

ALYN (PD) // CSJ

Le contenu que les syndicats demandent au gouvernement de trouver une solution à Groundforce pour le «court terme» apparaît en premier dans Visão.