«Nous sommes des religieuses de notre temps. Nous avons Internet, donc nous avons déjà vu toutes les photos de Cartuxa, mais c’est autre chose d’être ici », a fait remarquer aux journalistes Maria Iuxta Crucem, une prieure (supérieure) de la communauté religieuse qui habitera le couvent de Cartuxa. .

Lors de cette visite inaugurale au monastère de Santa Maria Scala Coeli (Escada do Céu), inoccupé depuis que les quatre derniers moines chartreux ont déménagé en Espagne, les sœurs Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matará ont été conduites à travers des jardins, des couloirs, l’un des cellules et même le cimetière.

La prieure s’est dite impressionnée par les bâtiments majestueux et «ces cyprès», hauts et situés dans les jardins, où chacun semble «conduire à Dieu».

«Et je dois dire la vérité que, pour moi, la partie la plus importante de la visite a été celle du cimetière, qui est très simple. Il y a des croix sans nom, mais il y a des moines qui ont souffert, travaillé, prié et, pour leur reddition de toute une vie, nous pouvons maintenant être ici », a-t-il justifié.

Les religieux, arrivés vendredi à Évora et de plusieurs nationalités – la prieure est néerlandaise, mais il y a aussi des sœurs du Pérou, du Brésil, d’Argentine et de Guyane britannique – constitueront une communauté monastique contemplative à Cartuxa.

Alors que les travaux sont en cours au monastère, situé à la périphérie de la ville et appartenant à la Fondation Eugénio de Almeida (FEA), les religieuses vivent dans une maison au centre d’Évora, à côté de l’église de São Francisco, l’archidiocèse révélé.

L’archevêque d’Évora, Francisco Senra Coelho, a estimé aujourd’hui que le fait que les religieuses visitent leur «maison» a «cette composante affective, de savoir qu’elles sont désirées, sont accueillies», et, en même temps, leur permet de « connaître l’espace « .

Cette congrégation, fondée en 1988, a des maisons et des communautés partout dans le monde, comme la Sibérie ou l’Irak, a-t-il rappelé, ajoutant que les deux sœurs disparues ont été retenues en Italie pour «des raisons bureaucratiques» et que «l’une arrivera en septembre et le autre brièvement », avec les travaux d’adaptation dans le monastère permettant son changement« en septembre »ou« octobre ».

Avec le départ des derniers moines chartreux, le monastère de Santa Maria Scala Coeli ne pouvait pas rester inoccupé, a fait valoir Francisco Senra Coelho, admettant que le diocèse recherchait toujours des moines de sexe masculin, mais «l’Europe connaît les difficultés vocationnelles connues de tous», et que, finalement, l’option était «pour une congrégation féminine».

«Et c’était disponible, il y avait des éléments qui pouvaient former une communauté et, par conséquent, nous allons passer un accord avec eux, peut-être pour quatre ans, renouvelable, pour faire leur expérience ici, leur adaptation», avec l’objectif que le la maison a la «dimension pour laquelle elle a été créée et désirée», a-t-il souligné.

«Ce chartreux a une vocation spirituelle, c’est un chartreux qui a été fait pour être chartreux. C’est un «poumon» spirituel en soi »dont nous« ne nous passons pas », a-t-il dit.

Avec la congrégation des Serviteurs du Seigneur et de la Vierge de Matará, il y aura également une partie de l’auberge, qui correspond à une première phase de travaux, dans un projet dont l’œuvre a déjà été ouverte, dans un investissement d’environ 500 mille euros, selon l’archevêque d’Évora.

Avec le début de la construction en 1587, le monastère de Santa Maria Scala Coeli a été le premier ermitage de l’Ordre des Chartreux à être construit au Portugal, ayant eu des utilisations différentes, au fil du temps. Il finit par retrouver sa fonction religieuse en 1960, grâce à Vasco Maria Eugénio de Almeida, comte de Vill’Alva.

RRL (SM) // LFS

Le contenu Les religieuses ont visité Cartuxa de Évora mais ont d’abord vu une nouvelle «maison» sur Internet apparaît d’abord à Visão.