Les protecteurs des animaux de Loulé «traqués par le conseil municipal» ont enfin entendu dire qu ‘«il existe un moyen» d’empêcher les bulldozers municipaux d’aplatir leurs soi-disant «abris illégaux» (cliquez ici).

La réunion d’hier soir de l’assemblée générale du conseil a vu Heloisa Madeira, la chef de l’urbanisme de la municipalité admettre que son département «  travaille sur un moyen de modifier le plan municipal (PDM)  » afin que les abris construits sur des terres rurales puissent être laissés en paix – à la place de harcelés d’amendes et constamment menacés de démolition.

Il s’agit d’un «  renversement complet  » de la position précédente de Mme Madeira – et presque entièrement dû à la persévérance acharnée d’un homme, Sid Richardson, et de sa fidèle équipe à ARA (Animal Rescue Algarve).

Résident de longue date et propriétaire de bars et de restaurants à Vale do Lobo, M. Richardson n’a jamais eu l’intention d’abandonner – et comme de nombreux articles dans les médias l’ont expliqué, son «  rêve  » d’un abri qui peut changer le sort de tant d’animaux en si peu de temps n’allaient pas tomber sous le coup de l’interprétation de quiconque d’une loi qui pourrait si facilement être changée.

Dès le début, Sid a déclaré: «Tout ce que Loulé a à faire est de changer le PDM».

En effet, il le dit depuis 2019 lorsqu’il expliquait que c’était la seule option qui excluait «toute sorte d’implication du gouvernement central» et quittait son association «pour continuer à faire ce que nous faisons de mieux: sauver et rapatrier les animaux abandonnés».

Aujourd’hui, près de 18 mois plus tard, la municipalité semble avoir accepté.

Mme Madeira a déclaré hier à l’assemblée que sa nouvelle idée «ouvre effectivement la porte à des associations comme l’ARA tant qu’elles remplissent toutes les conditions préalables, et tant que l’assemblée municipale l’approuve».

Il y a encore du chemin à parcourir, mais il semble que les refuges dans des situations similaires d’«  illégalité  » précaire, comme Benafim Dogs, récemment condamné à une amende d’un montant qu’il désespérait de pouvoir collecter (cliquez ici), pourront également en bénéficier. de ce revirement bienvenu.

Il est temps d’ouvrir le champagne? Sid Richardson est dans cette bataille depuis des années. Il est plus temps d’accepter gracieusement que «c’est une bonne nouvelle». Bonne nouvelle dans une année où la municipalité approche des élections aussi…

[email protected]