Le rapport a été rendu public aujourd’hui par le Bureau européen de l’environnement (EEB dans son acronyme d’origine), une fédération européenne d’organisations non gouvernementales pour l’environnement, qui tient à rappeler au début du document que l’Europe s’affirme comme un leader en termes de climat et de durabilité.

C’est dans cette Europe que la plupart des batteries rechargeables Li-ion dans les matériels électroniques (‘smartphones’, ordinateurs portables ou ‘tablettes’, vélos ou ‘trottinettes’ électriques) sont soit non remplaçables, soit non réparables.

Cela se traduit, selon l’EEB, « par une durée de vie plus courte des produits, une augmentation des déchets électroniques, la perte de matériaux rares et des dépenses inutiles pour les consommateurs ».

Et les estimations, prévient-il également, « montrent que la demande va continuer de croître au cours de la prochaine décennie : jusqu’à 60 % pour les batteries dans l’électronique grand public et 15 % pour les vélos et scooters électriques, jusqu’en 2030 ».

Dans le rapport, la fédération des organisations environnementales européennes déclare que la panne de batterie est l’un des problèmes les plus courants dans de nombreux produits électroniques et est également souvent le premier composant à tomber en panne dans les vélos et les « scooters ».

Selon le rapport, 42% des réparations de smartphones et 27% des réparations d’ordinateurs portables sont liées au remplacement de la batterie.

« Cependant, entre la conception pour entraver l’accessibilité, l’utilisation de colles, les pannes logicielles, le manque de pièces de rechange, d’outils et d’informations sur la réparation, de nombreuses batteries sont destinées à ne jamais être remplacées, réparées ou recyclées », écrit l’EEB.

Selon l’organisation, si en 2030 tous les nouveaux téléphones et « tablettes » vendus dans l’Union européenne disposent de batteries facilement amovibles et remplaçables, les émissions annuelles de ces appareils pourraient chuter de 30 %, la perte de matières premières critiques telles que le cobalt et l’indium être moins. , et les consommateurs européens économisent 19,8 milliards d’euros.

Outre le rapport, une coalition de réparateurs d’équipements électroniques et de batteries, de l’industrie du recyclage et d’organisations non gouvernementales environnementales, représentant au moins 500 organisations, a publié aujourd’hui une déclaration appelant la Commission européenne à prendre des mesures pour accroître le nombre de batteries amovibles, remplaçables et réparable dans le prochain règlement de batterie.

Jean-Pierre Schweitzer de l’EEB dit, cité dans le document, que bien qu’il existe de nombreuses entreprises travaillant au remplacement, à la réparation et au recyclage des batteries, une mauvaise conception des produits et des logiciels rend la tâche difficile, voire impossible.

« Les fabricants gaspillent des ressources précieuses et obligent les consommateurs à remplacer les appareils avant qu’ils n’en aient besoin. Le Conseil européen et le Parlement européen négocient actuellement le règlement européen sur les batteries et ont le pouvoir de négocier toutes ces questions ».

La Commission européenne a proposé un règlement sur les batteries qui vise à couvrir l’ensemble de leur cycle de vie, de la chaîne d’approvisionnement à l’élimination. Le document est actuellement entre les mains du Parlement européen et du Conseil.

PF // ZO

Contenu L’impossibilité de remplacer les piles augmente les déchets et les coûts, avertissent les écologistes qui apparaissent pour la première fois dans Vision.