«Les gens de mer dont les demandes de pension de vieillesse anticipée ou d’épuisement physique ont été rejetées pour non-respect de la période de service anticipée (…) peuvent, dans un délai de 180 jours à compter de la date d’entrée en vigueur du présent décret réglementaire [dia seguinte ao da publicação], demandez à l’Institut de sécurité sociale de réévaluer les exigences », lit-on dans le diplôme publié aujourd’hui dans Diário da República.

Dans le décret réglementaire, qui instaure un régime particulier de comptabilisation de l’ancienneté pour l’accès à la retraite des professionnels de la pêche, le gouvernement rappelle qu’il s’agit d’un métier «particulièrement pénible ou épuisant» et qui mérite, par conséquent, l’accès à la pension d’ancien âge dans des conditions spéciales.

L’anticipation de la pension de vieillesse et de la pension d’épuisement physique des professionnels de la pêche, instituée en 1986, prévoit des règles de décompte du temps d’exercice de l’activité de pêche depuis l’intégration de la Caisse de Sécurité Sociale des Professionnels de la Pêche dans la Région Centres de sécurité sociale, avec chaque jour de déchargement aux enchères correspond à trois jours d’activité de pêche.

Dans le diplôme publié aujourd’hui, le gouvernement estime nécessaire de «réévaluer la réalisation de ces situations de comptage» d’ancienneté en situation de rejet des conditions de retraite anticipée et d’épuisement physique, afin de «garantir la amélioration des critères appliqués pour le calcul de l’ancienneté »de ces professionnels de la pêche en fonction des spécificités du secteur.

Lorsque la réévaluation des demandes de pension rejetées ou en attente d’une décision donne lieu à l’octroi d’une pension de vieillesse ou d’une pension d’usure physique, elle prend effet depuis le 1er juillet 2020, date à laquelle la demande rejetée a été introduite avant cette date. , ou à compter de la date de dépôt de la demande rejetée lors de sa présentation ultérieure, selon le diplôme.

«La déclaration de rémunération des travailleurs de la pêche locale et côtière, dont la rémunération est calculée sur la base de la valeur du produit brut du poisson vendu aux enchères, est remplie et remise, par les armateurs, aux entités qui fournissent les services de vente en vente aux enchères, avec trois jours ouvrables déclarés pour chaque jour de vente, avec une limite de 30 jours par mois », lit-on également dans le diplôme.

VP // EA