Le président de l’Union des magistrats du parquet a relevé aujourd’hui «plusieurs signes», qui devraient concerner non seulement ces professionnels, mais la société, et qui «remet en cause le principe de la séparation des pouvoirs» du régime démocratique de droit.

Adão Carvalho s’exprimait lors de la cérémonie d’inauguration en tant que nouveau président de cette union (SMMP) et des organes directeurs respectifs de la structure, créée il y a plus de 40 ans, pour le triennat 2021/2024, une cérémonie qui a Centre d’études judiciaires, à Lisbonne.

Quant aux «divers signes, internes et externes» dont tout le monde devrait se préoccuper, Adão Carvalho a souligné l’utilisation d’instruments de régulation interne qui contredisent la Constitution, le statut du député et les lois en vigueur, qui «visent à transformer le député en un des collaborateurs qui se conforment et obéissent aux ordres de la hiérarchie, qui peuvent librement conditionner les enquêtes en cours ».

Cette situation, prévient-il, comporte «un risque élevé d’instrumentalisation de la part du pouvoir politique, rapprochant le modèle portugais, considéré au niveau européen comme moderne et moins perméable aux influences politiques, doté de l’autonomie et de l’indépendance propres à une véritable magistrature. , dans un plus fonctionnalisé et perméable aux interférences externes ».

Pour le nouveau président du SMMP, cela ne se produit que parce que le député exerce les fonctions qui lui ont été assignées constitutionnellement, guidés uniquement par des critères de stricte légalité et d’objectivité et, «inquiétants, des intérêts installés qui nourrissent une volonté particulière de conformer le député à l’intérieur. d’une sphère de contrôle ».

« Il y a plusieurs signes, internes et externes, qui devraient nous concerner, non seulement pour les magistrats, mais pour la société en général, et qui remettent en cause le principe de la séparation des pouvoirs et l’Etat de droit démocratique lui-même », a-t-il souligné, promettant que le SMMP fera tout pour défendre l’autonomie du député, garantissant un État de droit démocratique et une justice égale pour tous.

Selon le président nouvellement élu, le SMMP voit «avec inquiétude l’autisme mis en évidence par le bureau du procureur général (PGR), son détachement et son désintérêt pour les magistrats du parquet et leurs principales préoccupations, dont il semble un signe évident du fait que avoir assisté, ni avoir été représenté à la cérémonie d’inauguration du seul organe représentatif des magistrats du député ».

Pour Adão Carvalho, il n’est pas non plus compréhensible que le PGR «se taise, à un moment où le député est la cible de critiques sur ses performances, et ne remplit pas le devoir statutaire d’information à son sujet, clarifiant l’opinion publique sur le fait que le MP est une magistrature, dotée d’autonomie, non instrumentale, et dont l’exécution est basée uniquement sur des critères de stricte légalité et d’objectivité, et que lorsqu’il accuse il le fait de manière soutenue et non de manière légère ou fantaisiste, surtout en cas de confiance dans un département intégré dans la propre structure organique du PGR ».

Dans cette critique, le président du SMMP, bien que sans le mentionner directement, a fait allusion au manque de réponse du PGR aux adjectifs du juge Ivo Rosa dans la récente décision d’instruction du processus d’Opération Marquis, qui a réduit et substantiellement modifié l’accusation portée par Central Département des procureurs d’enquêtes et d’action pénale (DCIAP), une entité ayant un lien étroit et direct avec le PGR.

D’autre part, il a fait valoir que, dans plusieurs domaines, «la montée du populisme, l’utilisation de clichés et de lieux communs, l’utilisation de la manipulation intentionnelle de l’information et la propagation de fausses déclarations qui mettent en crise» témoignent des institutions démocratiques et l’état de droit lui-même.

Selon Adão Carvalho, il existe désormais un «accord presque sans équivoque» sur l’idée que ce n’est qu’avec un «pouvoir judiciaire indépendant, responsable et plus transparent, aux côtés d’une presse indépendante et d’une société civile informée», qu’il sera possible de réaliser les hypothèses de une véritable règle de droit.

«C’est à l’Etat (…) de définir une politique de justice publique basée sur un concept qui valorise la Justice en tant que valeur, faite avec plus de qualité et plus rapidement. Pour y parvenir, il est nécessaire de simplifier les structures judiciaires et de rendre le système judiciaire compréhensible par le peuple ».

Le dirigeant syndical a également exprimé la ferme intention de collaborer, avec le Bureau du procureur général, le Conseil supérieur du député, le ministère de la Justice et tous les représentants des différents opérateurs judiciaires à l’amélioration de la justice, à la recherche des meilleures solutions pour garantir un accès effectif aux justice et justice de qualité dans un délai raisonnable.

«Pour atteindre cet objectif, il est impératif d’avoir un magistrat PM adéquat au volume de service, de spécialisation et de fonctions qui lui sont assignés», a-t-il rétorqué, rappelant que l’état-major des magistrats parlementaires au fil des ans «n’a pas été remplacé », se trouvant aujourd’hui dans une situation d ‘« insuffisance notoire ».

Il a également défendu qu’une magistrature qui se veut autonome doit « encore être dotée des moyens et des ressources nécessaires à l’exercice efficace de ses fonctions et ne pas dépendre de la bonne volonté du pouvoir politique à cet effet ».

«Six ans après la réforme judiciaire, il est encore nécessaire de réfléchir de manière critique sur sa mise en œuvre pratique», a-t-il contesté, affirmant que les structures hiérarchiques de gestion se sont multipliées au sein du député, comme les procureurs généraux régionaux, les coordinateurs de district et les coordinateurs sectoriels, dont beaucoup parfois son activité est suffisante et elle s’épuise dans l’élaboration de rapports et de cartes statistiques, «surchargeant constamment les magistrats de demandes de chiffres et de plus de chiffres».

Il a observé que cette «culture organisationnelle qui s’est installée (dans le MP) n’est pas une culture de motivation, mais d’intimidation».

« Ce qui est pertinent pour ces structures de gestion de PM est de présenter une réduction des questions en suspens et non d’assurer une justice meilleure et plus efficace », a-t-il critiqué.

Le SMMP, a-t-il dit, s’efforcera de faire preuve de transparence et de rigueur dans les mouvements des magistrats, dans l’accès aux commissions de service, dans la sélection des inspecteurs et des coordinateurs de district, dans la progression vers la catégorie de procureur général adjoint et dans l’utilisation des instruments de mobilité. .

FC // HB