Deux juges de la cour d’appel de Lisbonne risquent d’être «sanctionnés» pour une décision de 34 pages dans laquelle ils justifiaient les raisons de la libération de quatre touristes allemands de la détention aux Açores (cliquez ici).

Le Conseil supérieur de la magistrature (SCM) «appréciera» cette question (en d’autres termes, décidera si les deux juges doivent être «disciplinés») le 2 décembre (mercredi).

Le mouvement des médias sociaux Juristas Pela Verdade a organisé une manifestation devant le bâtiment du SCM à Lisbonne à partir de 9 heures ce jour-là, décrivant la situation comme «une tentative de détruire l'État de droit au Portugal».

Cela peut sembler une «  question académique '', mais cela va au cœur même de la crise actuelle: le fait qu'un récit officiel semble être le seul «  autorisé '', même pour les membres de la magistrature qui ont étudié les avis scientifiques dans l'ordre. statuer sur les appels.

Dans cette affaire, l'appel a été interjeté par ARS dos Açores – l'autorité sanitaire régionale qui était en désaccord avec un tribunal inférieur ayant accordé un bref d'Habeas corpus déposé par quatre touristes allemands détenus dans un hôtel parce que l'un d'eux s'était inscrit positif à la suite d'un PCR de routine. tester. Aucun des touristes n'a présenté de symptômes de Covid-19, mais a été maintenu en isolement dans son hôtel pendant plus de 10 jours.

Les juges – Margarida Ramos de Almeida et Ana Paramés – se sont donné beaucoup de mal pour déterminer s’il existait ou non des motifs juridiques justifiant la détention forcée des touristes. Ils ont décidé qu'il n'y en avait pas.

Il était illégal pour l'ARS dos Açores de maintenir les Allemands hors du contexte d'un état d'urgence – qui n'était pas en vigueur à l'époque (août) – et les délibérations des juges sur de nombreuses pages expliquaient minutieusement la forme sous laquelle ils étaient parvenus. leurs conclusions.

Dans ce contexte, les juges ont déclaré que le test PCR ne pouvait être invoqué pour donner une lecture précise.

Leur raisonnement découlait du fait que la fiabilité dépend toujours du nombre de cycles (amplifications) impliqués dans le test – dont personne ne semblait sûr.

Citant des recherches publiées dans l'Oxford Academic, les juges ont expliqué que le nombre d'amplifications utilisées dans de nombreux laboratoires européens signifiait qu'un test PCR positif pourrait, en théorie, avoir un taux de faillibilité de 97%.

Ce n’est pas quelque chose que les juges ont «inventé»: ils citaient des recherches publiées. Ils ont en fait cité deux sources suggérant que la «méthode de test PCR de référence» était ouverte à l'enregistrement de faux positifs.

Jornal de Notícias a donné suite à la décision suggérant que le CSM «comprend» que les juges n’auraient pas dû arriver à la décision qu’ils ont prise.

Les «spécialistes» ont accusé les législateurs d’être erronés et irresponsables – et nous en sommes maintenant au point où les diverses opinions spécialisées doivent être mises en balance par le CSM par rapport à celles émises par deux juges d’appel.

Selon Juristas pela Verdade dans un article décrivant la manifestation de mercredi, la décision des juges «est tombée comme une bombe sur le récit officiel, sur la base de laquelle des milliers de Portugais ont été assignés à résidence».

Et il voit l'intervention du CSM comme «une ingérence inacceptable d'une branche administrative dans un organe souverain du pouvoir judiciaire, visant à contrôler ce dernier dans ce qui ne peut être qualifié que de coup violent à l'état de droit».

Selon le mouvement, le message adressé aux autres tribunaux est fort et clair: «des conséquences peuvent survenir s'ils décident dans la direction opposée au récit officiel».

Pour les citoyens, «cela signifie qu'ils ne peuvent pas compter sur l'indépendance des tribunaux ou des juges».

De l’avis de Juristas pela Verdade, l’évaluation de cette situation par les juges n’était ni «fausse» ni «irresponsable», elle était «brillante et courageuse». Et pour cette raison, le mouvement demande au plus grand nombre de personnes possible de manifester devant le bâtiment du CSM mercredi prochain.

«Les tribunaux sont le dernier bastion pour défendre nos droits avant les perturbations», affirme le message qui a été partagé des centaines de fois, et a reçu de nombreux commentaires positifs.

natasha.donn@algarveresident.com