Dans un message envoyé aux groupes parlementaires et aux députés uniques, l'organe dirigé par la présidente Ana Rita Cavaco dit que la pandémie de Covid-19 «est venue confirmer la reconnaissance sociale de la centralité des soins infirmiers comme garantie du fonctionnement et de la durabilité» du système national de santé (SNS), faisant également valoir que les «stratégies politiques ou parlementaires» ne devraient pas chevaucher le secteur de la santé.

"Il est de la plus haute importance de corriger les règles qui sont venues pénaliser et affecter négativement le développement professionnel des infirmières portugaises, avec les conséquences négatives qui en résultent sur la prestation des soins", indique la note.

Compte tenu du «contenu des différentes propositions présentées par BE, PCP et CDS, avec des aspects communs ou complémentaires, l'OE en vient à faire appel au consensus nécessaire».

Malgré la compréhension que la session plénière de ce jeudi ne sera pas concernée par «la solution de tous les problèmes infirmiers au Portugal, ni même de leurs carrières respectives», l'OE, qui représente environ 75 000 infirmières, considère toujours que «Si la profession fait enfin les premiers pas vers la reconnaissance et l'appréciation».

Le message envoyé à tous les groupes parlementaires anticipe la discussion des pétitions «Carrière en soins infirmiers – pour une évaluation équitable et la dignité pour une transition appropriée des infirmières» (pétition n ° 651 / XIII / 4), qui a rassemblé 8 007 signatures, et «Dégel de la Progressions – Pour un décompte équitable des points pour toutes les infirmières »(653 / XIII / 4), promu par l'Union des infirmières portugaises et qui a atteint 8 585 signatures.

Autour de ces deux pétitions plusieurs projets de loi ont été présentés. La pétition 651 / XIII / 4 a abouti à la présentation de projets de loi sur BE, PCP et CDS-PP, en plus d'un projet de résolution du PAN, tandis que la pétition 653 / XIII / 4 a ajouté des propositions législatives pour bloqueurs et communistes dans le sens de changer le régime de carrière infirmière.

Concernant la première pétition, le Bloc propose dans le projet de loi n ° 405 / XIV la modification du «décret-loi n ° 71/2019, du 27 mai, afin de garantir une transition plus juste vers la catégorie des infirmières spécialiste des infirmières qui ont exercé ou exercent des fonctions de gestion ou de direction ».

Le PCP défend dans le projet n ° 407 / XIV la dignité de la carrière d'infirmière à travers le «premier amendement au décret-loi n ° 71/2019, du 27 mai, le troisième amendement au décret-loi n ° 247/2009 , du 22 septembre, et troisième modification du décret-loi n ° 248/2009, du 22 septembre ».

Le CDS-PP souhaite en revanche modifier par le projet n ° 447 / XIV «le régime spécial de carrière infirmière, ainsi que le régime de carrière infirmière dans les entreprises publiques et les partenariats de santé (3e amendement au décret-loi no. 247/2009, du 22 septembre et 3e modification du décret-loi n ° 248/2009, du 22 septembre) ».

Enfin, le PAN a présenté le projet de résolution n ° 516 / XIV, dans lequel il recommandait au gouvernement de reprendre les négociations "avec les entités représentatives du secteur en vue de répondre aux demandes des infirmières".

JYGO // PNG