Il y a à peine huit mois, l'office du tourisme de l'Algarve saluait 2019 comme «une autre année record» pour le secteur du tourisme de la région (cliquez ici). Mais depuis le début de la pandémie, la vague de «bonnes nouvelles» a été renversée et les rapports sur les effets dévastateurs de la crise sanitaire sur le secteur touristique de la région sont désormais devenus la norme.

La dernière mauvaise nouvelle vient de l’association des hôteliers de l’Algarve (AHETA), qui fait état de pertes annuelles de plus de 635 millions d’euros de revenus entre avril et octobre.

Selon AHETA, les hôtels et complexes de la région ont vu leur taux d’occupation et leur volume d’activité chuter respectivement de 65,5% et 68,7% pendant la haute saison des vacances.

D'autres données montrent que les hôtels et centres de villégiature de la région ont également enregistré une baisse de 10,3 millions de nuitées.

Sans surprise, l'une des principales raisons mises en évidence par AHETA était la baisse considérable du nombre de vacanciers britanniques se rendant en Algarve.

La décision du gouvernement britannique de garder le Portugal continental hors de son «  couloir de voyage '' pendant la majeure partie de l'été – ce qui signifie que toute personne voyageant du Portugal au Royaume-Uni devrait se mettre en quarantaine pendant 14 jours – a éloigné des centaines de milliers de touristes – et les données officielles d'AHETA le prouve.

Les hôtels et complexes de l'Algarve ont accueilli 626 000 Britanniques de moins que l'an dernier, ce qui se traduit par une baisse de 3,8 millions de nuitées.

Il y a également eu des baisses massives du nombre de vacanciers se rendant dans la région la plus méridionale du Portugal depuis l'Allemagne (-77,4%), les Pays-Bas (-67,3%), l'Irlande (-94,7%) et la France (-73,2%).

L'aéroport de Faro a également signalé 5,3 millions de passagers en moins cette saison touristique.

Le seul aspect positif est qu'il y a eu une augmentation de 32% du nombre de touristes portugais passant leurs vacances en Algarve.

En effet, les vacanciers nationaux ont représenté 62,3% des nuitées de la région entre janvier et septembre – un peu plus de trois millions sur 4,9 millions au total. Mais la «bonne nouvelle» s’arrête ici.

Environ 20% des établissements touristiques de la région ont choisi de rester fermés tout au long de l'été, et environ 70% prévoient de fermer en novembre et de rester fermés au moins jusqu'en mars de l'année prochaine.

Ajoute AHETA, le secteur du golf de l'Algarve a également subi des pertes similaires avec une réduction de 70% des parties de golf, «conséquence directe de l'inexistence d'un pont aérien avec le Royaume-Uni, le plus grand fournisseur de touristes de golf toute l'année».

Le chômage a bondi de plus de 200% ces derniers mois et «ne fera qu'empirer à partir d'octobre et novembre», prédit l'association.

Comme le souligne AHETA, il y a encore beaucoup d'incertitude sur l'avenir.

Il n’ya toujours aucun signe de «remède ou de vaccin contre le Covid-19», ce qui rend improbable le retour à une forme quelconque de «normal» à «court / moyen terme».
«La reprise sera lente et très retardée, s'étalant sur de nombreuses années», déclare l'association, admettant que de nombreux consommateurs ne sont tout simplement pas assez confiants pour voyager à l'étranger.

Alors que l'association affirme que le gouvernement a pris les bonnes mesures au début de la pandémie, il a fallu «trop de temps pour comprendre l'impact» que la crise aurait sur les entreprises touristiques, en particulier en Algarve. Selon AHETA, il a mis en œuvre des mesures basées sur l'hypothèse qu'il y aurait un rétablissement rapide, ce qui "ne s'est pas produit et ne se produira pas dans un avenir proche".

Selon l'association, le gouvernement doit faire un meilleur travail pour «suivre» ce qui se passe dans le secteur en développant une «stratégie de coopération active et de collaboration avec le secteur privé», afin qu'il puisse prendre des mesures adéquates au niveau au bon moment au lieu de «réagir trop tard».

L'AHETA affirme également que le gouvernement doit aider les entreprises à «résister aux difficultés financières» auxquelles elles sont confrontées et s'assurer qu'elles «maintiennent leur savoir-faire» afin qu'elles puissent continuer à attirer les vacanciers lorsque le temps de la reprise arrivera enfin.

michael.bruxo@algarveresident.com