*** Maria João Pereira, de l’agence Lusa ***

Les exportations des entreprises portugaises de bois et de meubles ont augmenté de 24% vers les marchés hors d’Europe en 2020, le secteur perdant au total 12% de ses ventes à l’étranger, en une année pandémique, selon l’AIMMP.

«Fait intéressant, même pendant la pandémie, en 2020, sur les marchés hors d’Europe, nos exportations, au lieu de baisser, ont augmenté de 24%», a déclaré le président de l’Association portugaise des industries du bois et du meuble (AIMMP), Vítor Poças, à Lusa, à Dubai.

Le dirigeant a également ajouté qu’en 2020, le secteur avait perdu, globalement, 12% de ses exportations, dont 9% se rapportant aux pertes des industries du bois et de leurs ouvrages et environ 13% des entreprises de meubles, de literie et d’éclairage.

AIMMP est actuellement en mission commerciale à Dubaï, entre le 30 mai et le 3 juin, à laquelle participent 25 entreprises portugaises du secteur, pour présenter leurs produits sur cet «important marché des Émirats arabes unis».

Le programme de la mission comprend plusieurs événements pour promouvoir le secteur, à savoir la participation à l’exposition The Hotel Show Dubai qui, en collaboration avec l’AICEP – Agence pour l’investissement et le commerce extérieur du Portugal, qui a créé naturellement la marque Made in Portugal, présentera le Design Associatif – Le projet Best of Portugal, financé à 85% par l’agence.

Selon l’association, entre 2010 et 2020, les exportations de bois et de produits du bois vers le marché des Émirats arabes unis sont passées de 8 millions d’euros à 15 millions d’euros, soit 0,7% des exportations totales du secteur.

Globalement, a souligné Vítor Poças, le secteur des industries du bois et de l’ameublement a augmenté, en neuf ans, d’un milliard d’euros d’exportations, passant de 1500 millions d’euros en 2011 à 2600 millions d’euros en 2019, ayant pour principaux marchés l’Espagne, la France et le Royaume-Uni.

Comme l’explique le responsable de l’AIMMP, le secteur est «fortement excédentaire» (excédent des recettes sur les dépenses) entre les importations et les exportations, car il exporte beaucoup plus qu’il n’importe.

«Le secteur, en 2015, a atteint 900 millions d’euros de balance commerciale positive et, avec ces mesures qui ont été prises, à savoir l’incitation à la consommation et la reprise des revenus, le secteur, dans les dernières années, a perdu sa balance commerciale et est passé de 900 à 650 millions, car les exportations ont continué de croître, mais le taux de croissance des importations était supérieur au taux de croissance des exportations », a déclaré Vítor Poças.

Après plus d’un an de pandémie, les entreprises du secteur sont «un peu décapitalisées», même si l’AIMMP considère que, compte tenu des effets de la pandémie sur l’économie nationale, l’industrie du bois et de l’ameublement «a montré qu’elle a fait preuve de résilience et a résisté à la crise ».

«Dans la crise de 2011, 2012, il est étonnant de voir comment le secteur a pris les devants et est parti à la recherche de nouveaux marchés, car il y avait de nombreuses entreprises qui étaient très dépendantes du marché national et, par conséquent, ont réussi à chercher de nouveaux marchés et remplacent vraiment ce qu’ils ont perdu lors de la crise de 2012 », a souligné le président de l’AIMMP, ajoutant qu’actuellement, il y a des entreprises qui exportent 90% de leur production.

L’AIMMP est une association commerciale à but non lucratif fondée en 1957 dans l’intérêt public, avec pour mission de représenter, défendre, soutenir et promouvoir l’industrie portugaise du bois et de l’ameublement, à savoir promouvoir l’internationalisation du secteur.

*** Lusa s’est rendue à Dubaï à l’invitation de l’AIMMP ***

MPE // MSF