les-etudiants-en-medecine-saluent-laugmentation-des-postes-vacants-pour

Le ministre de la Santé, Manuel Pizarro, a déclaré à l’agence Lusa que la carte des postes vacants pour la formation de médecins spécialistes en 2023 est la « plus grande jamais enregistrée », totalisant 2 054, 115 de plus que cette année, dans laquelle 1 939 postes ont été ouverts.

« Dans le concours de cette année, qui concerne les stagiaires qui débuteront leur formation spécialisée au 1er janvier 2023, la croissance des postes vacants est importante dans plusieurs spécialités, et la nécessité de continuer à renforcer, à l’avenir, l’ouverture de nouvelles spécialités a déjà été identifiés de nouveaux postes à pourvoir en fonction des besoins du SNS [Serviço Nacional de Saúde]», ajoute le ministère de la Santé dans un communiqué.

S’adressant à Lusa, le président de l’Association nationale des étudiants en médecine (ANEM), Francisco Pêgo, a déclaré avoir vu cette augmentation des postes vacants avec « de bons yeux », ajoutant que l’association a une « position claire » à ce sujet.

« Il faut regarder la formation médicale dans le but de donner aux nouveaux diplômés en médecine la possibilité d’accéder à une formation spécialisée, car c’est ainsi qu’ils peuvent se différencier et contribuer au mieux à la santé des populations et, donc, cela se voit d’un bon œil. yeux », dit-il.

Francisco Pêgo a défendu qu’il devrait y avoir « autant de places que possible » pour accéder à des formations spécialisées, mais a précisé qu’il fallait prendre deux précautions.

« Le premier soin est de le faire en se basant sur des ‘normes’, sur des standards internationaux de qualité et de formation. En d’autres termes, cette augmentation ne peut pas être une augmentation simplement par la tentative d’augmentation, elle doit être une augmentation avec la garantie de la qualité de la formation post-universitaire », a-t-il déclaré.

La deuxième précaution consiste à « couvrir l’ensemble de ce processus avec beaucoup de transparence, c’est-à-dire qu’il est très clair qu’en ouvrant x postes vacants, et non en ouvrant ‘x’ plus 1, ou ‘x’ moins 1, est le meilleur nombre de postes vacants que je peux ouvrir ».

« Toujours dans ce sens de la transparence du processus de mise à disposition des postes vacants pour la formation postdoctorale, il y a quelque chose dont nous avons parlé hier [domingo] au Congrès national des étudiants en médecine, ce qui est très important: à partir du moment où nous deviendrons de plus en plus informatisés, de plus en plus disponibles, le processus d’obtention de postes vacants pour une formation spécialisée auprès des services, des hôpitaux, des centres de santé plus transparents, nous pourrons être dans ce processus », a-t-il souligné.

Selon lui, il existe une voie d’informatisation et de numérisation dans tous les processus associés au stage médical, qui, selon les étudiants, contribuera également à « une augmentation du nombre de postes vacants, mais aussi à la transparence du processus d’attribution des postes vacants ».

« Pour le concours 2023, sur un total de 2 343 médecins inscrits, 1 819 sont candidats pour la première fois, car ils terminent l’année de formation générale, ce qui signifie qu’il y a des postes vacants pour tous les médecins récemment diplômés dans le pays », dit-il au ministère de la Santé.

L’élaboration de la carte des postes vacants est le résultat d’un « travail intense » de l’Administration centrale du système de santé, en coopération avec l’Ordem dos Médicos, que le ministère de la Santé dit vouloir intensifier pour « instituer une culture de planification et de prévisibilité, qui permet d’aligner la formation des médecins spécialistes sur les besoins du pays dans les différentes spécialités ».

HN // ZO