Les grands centres commerciaux de la région de Lisbonne devront peut-être rester fermés lundi – date à laquelle les centres commerciaux devraient rouvrir à l'échelle nationale – en raison de la hausse localisée du nombre de cas de Covid-19.

Expliquez les rapports: «Le pays va bien, mais Lisbonne est un problème».

Le nombre «R» (pour le taux de transmission) que les autorités luttent pour maintenir en dessous de 1 est jusqu'à 1,01 dans la région du Grand Lisbonne et inquiète depuis quelques jours (cliquez ici).

Le Conseil des ministres d’aujourd’hui devra donc réfléchir à des «mesures supplémentaires» qui pourraient être nécessaires, et celles-ci pourraient inclure le report de la réouverture des centres commerciaux jusqu’à la mi-juin.

Comme le soulignent tous les rapports, les arrondissements comptant le plus grand nombre de «personnes infectées» pour 10 000 habitants sont largement regroupés autour de la capitale (cliquez ici).

Le nord est une autre zone avec des nombres élevés, mais toujours assez nettement inférieure à la réalité de Lisbonne où les arrondissements d'Almada et d'Amadora mènent le peloton.

Le problème est aussi les «zones les plus pauvres» avec ce qui ne peut être décrit que comme des «ghettos».

En règle générale, les chiffres montrent que le Portugal a un nombre global «R» de 0,99. C'est plus élevé par exemple que la Suède (sur 0,96), un pays qui n'a jamais imposé de verrouillage.

Le nombre «R» de Lisbonne est également plus élevé que celui actuellement enregistré en Espagne voisine – ce que le Premier ministre António Costa a convenu est une «attention particulière».

Le président Marcelo pose trois questions à huis clos.

Des réunions sur les résultats des premières semaines de «déconfinement» se poursuivent depuis quelques jours, le président Marcelo étant décrit comme posant trois questions clés «à huis clos».

Le chef de l'État souhaite une mise à jour des applications informatiques pouvant être utilisées pour lutter contre la pandémie (similaire au «  test and trace '' du Royaume-Uni), et a également appelé au suivi des résultats sur la levée des frontières par d'autres pays – par exemple la République tchèque, qui a rouvert ses frontières il y a trois jours, et l'Autriche, qui devrait rouvrir lundi. Comme il l’a expliqué aux panels d’experts de la santé, «aucun de ces pays n’a le phénomène que nous avons avec les émigrés» qui ont tendance à revenir en masse à différents moments de l’été.

natasha.donn@algarveresident.com